Décalé IT : au coeur d’un apéro Facebook

Cloud

Reportage sur un “apéro géant” organisé via Facebook le 30 avril au soir à Besançon (Doubs). Une initiative annulée par le principal instigateur. Mais cela n’a pas découragé les internautes…et les CRS.

Twitter serait le plus grand café du commerce du monde.

Mais incontestablement, Facebook (400 millions de membres dans le monde) montre aussi une capacité impressionnante pour servir de caisse de résonance et faciliter l’organisation d’un rassemblement dans la rue. Et ce, sans fournir beaucoup d’efforts.

La mode des “apéros géants Facebook” en France capitalise ainsi pleinement sur le “buzz” (bouche-à-oreille).

Organiser un évènement est d’une simplicité enfantine : un internaute créé un groupe ou une page sur le réseau social, invite des personnes de son réseau de contacts qui sont à portée géographique de l’évènement, ces personnes invitent leurs contacts, etc.

Et le système de cooptation à grande échelle touche au final des milliers de personnes.

ITespresso.fr a suivi le montage de l’un de ces évènements improvisé à Besançon (Doubs).

Jusqu’au jour J…

“Le nouveau préfet va avoir du boulot”

Alors que sa prise de fonction est récente, le préfet de région de Franche-Comté est confronté à l’organisation de cet apéro géant.

Initié mi-avril par un internaute nommé “Hugo Walter”, le groupe “Apéro géant à Besac” va atteindre le millier de membres en quelques heures.

Et le chiffre ne cessera de croître au point d’atteindre 6100 membres le jour de l’évènement le vendredi 30 avril.

Encore fallait-il s’assurer de la légalité de ce rassemblement improvisé…

Pour l’organisateur qui est apparu publiquement dans la presse régionale, cette organisation n’a pas été de tout repos.

“Hugo Walter” a été convoqué à l’hôtel de police pour un rappel des obligations en matière d’organisation d’évènements et de manifestations.

En clair : tous les frais et dommages occasionnés par le rassemblement sont à la charge de l’organisateur.

Se donnant un temps pour réfléchir, le jeune homme préféra finalement annuler en avouant “avoir pris la plus sage décision”, selon ses propos dans l’Est Républicain.

Mais hélas, cette annulation ne fait qu’amplifier le buzz autour de l’apéro…

(voir la suite du reportage page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur