DECT, concurrent de Bluetooth ?

Mobilité

La norme DECT, largement utilisée pour les transmissions sans fil, pourrait trouver un débouché dans la transmission des données. Du moins, c’est le pari qu’ont fait certains acteurs à l’image de Canon. Reste que la norme devra trouver sa voie face à des technologies comme Bluetooth ou la norme 802.11-b.

Si jusqu’ici on connaissait la norme DECT (Digital Enhanced Cordless Telecommunications) pour la transmission de la voix sans fil en espace clos, on connaît en revanche moins sa capacité à transmettre des données. Depuis peu, au travers de l’ETSI, organisme de standardisation, Canon et d’autres acteurs européens tels Siemens, Philips ou Ascom ont travaillé à faire évoluer la norme DECT. Le résultat est aujourd’hui la possibilité de faire transiter des données selon le même principe que pour la voix. DECT Data vise ainsi à connecter les appareils réseaux sans utiliser de câbles.

DECT Data et Bluetooth, deux technologies complémentaires

Un concept donc sensiblement proche de celui employé par Bluetooth. Toutefois, des différences apparaissent qui pourraient faire de cette technologie non pas un concurrent à Bluetooth, mais plutôt un complément. Selon Hervé Dias, directeur général du centre R & D de Canon de Rennes, l’utilisation est tout à fait différente du fait même de la portée des ondes. “Bluetooth est vraiment la meilleure solution pour un environnement ouvert et petit, mais ne convient pas pour des longues distances.” Bluetooth ne permet pas, en effet, des transmissions au-delà de 10 mètres. DECT Data, en revanche, est capable de transmettre des données sur une distance de 50 mètres en environnement obstrué et de 100 à 300 mètres en zone dégagée. Par ailleurs, la norme Bluetooth ne peut traverser des cloisons ou des plafonds, alors que DECT Data permet de le faire. “La coexistence sera vraisemblablement de mise”, estime Hervé Dias, qui précise qu’en revanche, Bluetooth semble davantage adapté à une utilisation pour des applications de petite envergure avec de faibles niveaux de puissance comme des liaisons entre téléphones mobiles, imprimantes personnelles ou micro-ordinateurs portables.

Concernant le prix, les deux technologies devraient être bon marché. Toutefois, Bluetooth devrait tout de même être sensiblement moins cher que la norme DECT Data pour des débit quasiment identiques : 1 ou 2 Mbits/s pour Bluetooth et 2 Mbits/s pour DECT Data.

Canon, qui présentait la semaine dernière à Paris les premiers produits utilisant la norme DECT Data lors de son salon Canon 2000, devrait commercialiser ses premiers adaptateurs réseaux pour le début de l’année prochaine. Pour Canon, DECT Data a été développé pour changer la méthode de connexion des imprimantes et des photocopieurs en réseau, que ce soit dans l’environnement domestique ou de travail.

DECT Data ne sera jamais une norme mondiale

Reste tout de même que DECT Data a un léger problème face à Bluetooth et aux autres normes de transmission sans fil, qui sont soit déjà développées soit à venir. DECT data est aujourd’hui une norme européenne et n’a aucune possibilité de devenir une norme mondiale. La fréquence qu’elle utilise n’est disponible ni au Japon, ni aux Etats-Unis. Bluetooth, en revanche, est un standard mondial, et les autres normes à venir profiteront d’une meilleure politique de réglementation entre pays afin d’établir des fréquences communes.

Pour Xavier Petot, spécialiste du wireless chez Intel, la norme DECT Data ne devrait pas constituer une solution d’avenir. “On en parlait effectivement il y a encore peu de temps, mais au moment où elle sort, on s’aperçoit qu’elle n’est pas comparable à une norme comme le 802.11-b qui affiche des débits de 11 Mbits/s. Je pense que seule la voix via le DECT est convaincante, notamment en raison de son faible coût”, insiste-t-il. Et d’ajouter, pour preuve, que le salon Interop ne s’en faisait même plus l’écho.

Lire aussi le dossier d’Informatiques Magazine :

“Bluetooth, sans fil et sans réseau fixe”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur