Deezer vs Spotify : frémissements dans la musique en streaming

Régulations
deezer-spotify-streaming

Concurrents sur le marché de la musique en streaming, Deezer et Spotify multiplient les initiatives pour accroître leur base d’utilisateurs.

Acquisitions stratégiques et incursion aux Etats-Unis pour Deezer, développement multiplateforme et perspectives d’IPO pour Spotify… avec en toile de fond une probable contre-offensive de la part d’Apple : la concurrence s’intensifie sur le marché de la musique en streaming.

Du côté de Spotify, l’année 2014 a été marquée par une croissance significative de la base d’utilisateurs actifs : 60 millions au 31 décembre 2014, contre 50 millions début novembre et 40 millions en mai. La part d’abonnés à l’offre payante – 9,99 euros TTC par mois en France ; 9,99 dollars outre-Atlantique – reste toutefois stable : 25 % des comptes ont fait la transition, soit 15 millions au dernier pointage. Le reste exploite la version gratuite financée par la publicité audio et display.

L’essentiel de cette audience se fait désormais sur mobile : 42 % sur les smartphones et 10 % sur les tablettes, contre 45 % pour le client desktop (Windows, Mac, Linux) et 3 % pour la version Web, selon des données communiquées à l’occasion du CES 2015. Le basculement s’est accéléré avec l’ouverture, fin 2013, de l’offre gratuite sur les tablettes et d’un équivalent avec lecture aléatoire sur smartphones.

Autant de chiffres qui illustrent l’importance d’une stratégie couvrant toutes ces plates-formes dans une optique de rétention des utilisateurs. C’est sans compter l’importance des réseaux sociaux : 55 % des comptes ouverts sur Spotify exploitent Facebook Connect, éventuellement en complément à une adresse e-mail.

Cette dimension sociale, Spotify l’explore tout particulièrement avec un “fil d’actualité” où s’affichent les chansons les plus écoutées par les membres que l’utilisateur a décidé de suivre. L’entreprise suédoise, qui n’est toujours pas rentable d’après ses derniers résultats financiers, mise aussi sur des partenariats avec les opérateurs télécoms pour inclure son service dans des forfaits mobiles, souvent avec des options d’accès illimité non décompté de l’enveloppe data.

Autre piste : la voiture connectée, en partenariat avec Uber et ses véhicules de tourisme avec chauffeur. Même stratégie pour l’Américain Rdio, qui s’est associé à Bosch et Jaguar-Land Rover tout en cherchant, comme le note TechCrunch, des relais au coeur du salon numérique.

Pas d’initiative à recenser dans l’univers automobile pour Deezer et ses 5 millions d’abonnés payants sur 16 millions d’utilisateurs actifs. Le “Frenchie du streaming” développe plutôt sa présence aux Etats-Unis. Ses premiers pas remontent à septembre 2014, à travers un partenariat avec Sonos, spécialiste des équipements hi-fi connectés.

Sur un marché américain où le streaming commence à trouver de l’écho face aux services de téléchargement (+ 54 % de taux d’utilisation en 2014 pour le premier ; – 12 % pour le second), Deezer procède aussi à des rachats. Illustration en octobre dernier avec l’éditeur californien Stitcher, à l’origine d’un service d’écoute d’émissions radio et de podcasts. La semaine passée, la liste des acquisitions s’est allongée avec l’offre Muve Music de l’opérateur Cricket Wireless (propriété du groupe AT&T).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous le Web chinois ?

Crédit photo : Fruzsi-Gergo – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur