Deezer – Universal Music : deux poids, deux mesures du streaming

Cloud

Les relations commerciales entre Deezer et Universal Music se détériorent au point de recourir à la justice. Les polémiques portent sur le modèle économique du streaming et la répartition des revenus. Enquête.

Deezer et Universal Music ne parviennent pas à s’entendre sur les conditions d’exploitation de la musique en streaming.

Signe que les relations avec les majors sont parfois tendues.

Axel Dauchez, Président de Deezer, le reconnaissait dans une récente interview vidéo d’ITespresso.fr réalisée lors du Forum e-G8 (24-25 mai).

“On essaie de construire une logique de partenariat. Ce n’est pas toujours le cas. Il y en a qui refusent de discuter avec moi sur la manière de convertir du gratuit en payant”, expliquait-il.

Depuis, le ton est monté et les origines des tensions se précisent.

Selon TheInquirer, Le 10 juin, Universal Music, filiale du groupe Vivendi, a porté plainte en référé contre Deezer pour “contrefaçon” devant le tribunal de grande instance de Paris.

On croit revenir aux premières heures de Deezer (ex-Blogmusik) lorsqu’Universal Music accusait la plate-forme de musique en streaming d’exploitation illégale de son catalogue, faute d’accord commercial. Les premiers accrocs remontaient à 2007…

Cette fois-ci, c’est un problème de renouvellement d’accord qui pose un souci. Depuis l’échéance de janvier 2011, Deezer et Universal Music ne parviennent pas à trouver un consensus.

Sur LeMonde.fr, Pascal Nègre, P-DG d’Universal Music France, déclare : “Nous sommes d’accord sur les prix, mais pas sur les conditions d’exploitation de notre catalogue.”

Même si Deezer vient de changer ses conditions générales d’utilisation en réduisant la part du streaming gratuit (désormais limitée à 5 heures par mois quels que soient les titres écoutés), la major considère que l’effort n’est pas suffisant.

Elle exige que la plate-forme de musique en streaming française s’aligne sur le nouveau règlement de son concurrent Spotify venu de Scandinavie : dix heures de musique gratuite par mois mais un même titre ne peut être écouté plus de cinq fois.

Faute d’accord avec Deezer, Universal Music considère que l’accès à son catalogue ne sera possible qu’aux abonnés premium de Deezer.

(lire la suite de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur