Défaillances contractuelles : Numericable et Bouygues Telecom en bisbille

Régulations
numericable-bouygues-telecom-defaillances-contractuelles

Bouygues Telecom est mécontent d’une prestation très haut débit en marque blanche fournie depuis 2009 par Numericable et réclame 53 millions d’euros de dommages et intérêts.

En pleine préparation de son introduction en Bourse attendue jeudi, Numericable a reçu fin octobre une réclamation de la part de son client Bouygues Telecom sur le segment de marché de gros.

Elle porte sur un contrat signé en mai 2009 relatif à une prestation d’offres multiplay en très haut débit en marque blanche et qui court désormais jusqu’en 2019.

Bouygues Telecom réclame des dommages et intérêts d’un montant de 53 millions d’euros, en raison principale de défaillances présumées dans l’exécution du contrat.

Une allégation que dément Numericable.

Le câblo-opérateur compte “poursuivre les discussions opérationnelles se déroulant régulièrement (…) concernant le suivi de ce contrat, pour lequel Bouygues Telecom demande des aménagements contractuels dans le cadre de sa réclamation”, précise-t-il par voie de communiqué (PDF).

Tout en précisant que ce contrat avec Bouygues Telecom a généré un chiffre d’affaires de 37,3 millions d’euros en 2012 (soit 49,6% du chiffre d’affaire total marque blanche B2C de 75,3 millions d’euros et 2,8% du chiffre d’affaires total du groupe).

A l’origine, Bouygues Telecom avait fait appel à Numericable pour soutenir ses efforts dans l’élaboration d’offres très haut débit à destination de ses clients Bbox.

Parallèlement, et toujours en plein processus d’IPO, le groupe Iliad-Free a porté plainte contre Numericable pour présentation erronée et dévalorisante de ses offres dans un benchmark disponible dans un document financier de référence que le câblo-opérateur a transmis à l’AMF.

——————–

Quiz : Connaissez-vous la fibre ?

————————-

Credit photo : Shutterstock.com –    Copyright: Denis Rozhnovsky


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur