Dégroupage : la Commission européenne toujours déçue

Cloud

Le commissaire européen à la Concurrence Mario Monti, face au faible nombre de lignes dégroupées, souhaite maintenir la pression sur le dégroupage et les opérateurs historiques.

En évoquant le domaine du dégroupage en Europe, Mario Monti, commissaire européen à la Concurrence, parle de résultat décevant. Seulement 900 000 lignes seraient, en Europe, dégroupées. La France, toujours en queue de peloton, ne compte que 650 lignes dégroupées. Les conséquences, selon lui, ne sont plus seulement un manque de concurrence et de choix pour l’utilisateur, mais le faible nombre de lignes dégroupées aurait également un impact direct sur la survie de certains opérateurs alternatifs. “Si les opérateurs ont eu à souffrir d’une situation économique difficile, l’absence d’un accès facile et équitable à la boucle locale reste un facteur important dans l’échec d’un certain nombre d’opérateurs”, commente Mario Monti. Et d’estimer que Bruxelles pourrait étendre son champ d’action aux questions de discrimination. Selon lui, les filiales Internet des opérateurs historiques sont avantagées par rapport à leurs concurrents.

Pour agir efficacement, la Commission européenne invite les opérateurs alternatifs à déposer plainte auprès de Bruxelles contre toute pratique discriminatoire. Aujourd’hui, seuls deux recours sont enregistrés à Bruxelles et concernent Wanadoo (France Télécom) et T-Online (Deutsche Telekom). A défaut de faire bouger les instances européennes, Mario Monti semble opter pour une solution judiciaire… Une solution longue, mais qui aurait peut-être le mérite de faire bouger ces deux “mammouths”.

Il est vrai que depuis décembre dernier, date à laquelle le 7e rapport annuel sur l’état du secteur européen des télécommunications avait épinglé un certain nombre d’opérateurs, dont France Télécom, peu de chose ont évolué (voir édition du 3 décembre 2001).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur