Dell assure qu’un rapprochement avec AMD n’est pas à l’ordre du jour

Mobilité

Selon le directeur marketing européen de Dell, le constructeur ne perçoit aucune demande claire de ses clients pour des processeurs AMD.

Dell n’a aucune intention de lancer une nouvelle ligne de produits à base de processeurs AMD. Pas dans l’immédiat en tout cas. “Tant que Dell atteint ses objectifs en termes de chiffre d’affaires, nous n’avons aucune raison de changer notre modèle”, soutient Eric Greffier, directeur marketing de Dell chargé des postes clients pour la région EMEA (Europe, Moyen-Orient et Afrique) depuis juillet 2005. Le responsable insiste d’ailleurs sur le fait que le modèle actuel du constructeur lui a permis de s’imposer comme le numéro un sur le marché de la micro-informatique avec une part avoisinant régulièrement les 50 %.

En effet, Dell vend exclusivement des solutions à base de plates-formes Intel. Ce qui le distingue de ses principaux concurrents, HP et IBM notamment, puisque l’entreprise texane est le dernier grand constructeur américain à ne pas proposer d’offres sous environnement AMD. Récemment, les rumeurs de rapprochement du constructeur avec le concurrent d’Intel se sont amplifiées avec l’apparition de boîtes AMD (processeurs Athlon 64, 64 X2 et FX) sur la version américaine du site marchand du constructeur (voir édition du 14 novembre 2005). Processeurs incompatibles avec les machines Intel commercialisées par Dell, qui ne peut donc pas mettre en avant la nécessité pour ses clients de faire évoluer leurs configurations.

“Nous avons certainement eu une demande de certains clients et revendeurs qui souhaitent intégrer des processeurs AMD dans leurs solutions tout en s’adressant à un seul fournisseur”, justifie le directeur marketing Europe, qui rappelle que “historiquement, nous avons toujours eu une activité de revente.” Essentiellement dans le domaine des logiciels à travers des produits comme Windows ou les solutions de sécurité Symantec ou McAfee. D’autre part, l’offre AMD en ligne est réservée au marché américain. “Nous n’avons pas de projet de ce type en Europe”, confirme Eric Greffier.

Pas de demande claire de la part des entreprises

Cette demande nouvelle de la part des clients n’est-elle pas un signe d’évolution du marché ? “Ce n’est pas un signe assez fort”, estime le porte-parole du constructeur, “nous prenons régulièrement le pouls du marché, notamment à travers le Customer advisory council [un forum trimestriel au cours duquel Dell donne rendez-vous à ses 50 plus gros clients, Ndlr] ou les Technology technical tours [les Dell Days en France, Ndlr] et nous n’avons pas ressenti de demande claire de la part des entreprises pour de la plate-forme AMD. Les entreprises ont des exigences de qualité, de performances, etc., bien plus que des demandes de marques de processeurs.”

Pourtant, ces derniers mois, AMD a clairement regagné des parts de marché sur son concurrent Intel. Selon la presse américaine, les ventes d’ordinateurs de bureau sur plate-forme AMD ont dépassé celles d’Intel en octobre dernier. Et les Opteron, processeurs dédiés aux serveurs, séduisent un nombre toujours plus grand d’entreprises, à commencer par HP et Sun Microsystems. Des Opteron qui, curieusement, sont absents de l’offre de Dell, même en revente.

“Il est vrai que les Opteron rencontrent pas mal de succès dans les serveurs”, reconnaît Eric Greffier, “pour autant, nous regardons au-delà du moment présent et sommes fermement convaincus que notre fournisseur sera en mesure, en 2006, de nous proposer des plates-formes tout aussi performante et compétitives que celles d’AMD.” Bref, que ce soient les processeurs pour postes clients ou pour serveurs, Dell reste fidèle à Intel. Par pur pragmatisme, selon Eric Greffier. “Nous n’affichons pas une démarche pro-active mais la présence des processeurs Athlon à notre catalogue montre que nous n’avons pas particulièrement d’attitude anti-AMD.”

Une croissance à deux chiffres

La présence des produits du fondeur de Sunnyvale dans le catalogue de Dell ne servirait-elle pas simplement à afficher une pluralité de l’offre auprès des instances judiciaires dans le cadre du procès pour abus de position dominante qu’AMD intente à Intel (voir édition du 28 juin 2005) ? Eric Greffier n’est pas en mesure de répondre à cette supposition, pas plus qu’il ne souhaite commenter les informations du quotidien chinois Daily News Today selon lequel Dell serait actuellement en négociations avec Asustek Computer, Foxconn Electronics et Quanta Computer en vue d’élaborer des cartes mères, serveurs et ordinateurs portables.

Le responsable marketing se contente d’insister sur le fait que “Dell affiche une croissance à deux chiffres, notamment sur le marché des PC et serveurs ; si nous maintenons cette croissance, il n’est pas question de changer notre modèle de production”. Cela impliquerait en effet la création de nouvelles équipes par produit (en termes de fabrication, maintenance, commercialisation, circuits de pièces détachées…) et l’augmentation du nombre de fournisseurs, à l’heure où Dell tend à les réduire.

A en croire le responsable marketing de Dell Europe, l’engouement pour les processeurs AMD pourrait être un phénomène éphémère. Et de citer l’exemple de la Tablet PC, qui devait révolutionner l’usage du PC dans les années 2000 et à laquelle Dell n’a pas cru. Aujourd’hui, les faibles ventes de Tablet PC tendent à donner raison au constructeur qui avait, à l’époque, refusé de s’investir dans ce nouveau produit. En sera-t-il de même avec les puces d’AMD ? “S’il y avait un changement majeur, il est évident que le sujet serait pris en considération chez Dell”, consent Eric Greffier. L’espoir de pouvoir un jour s’équiper d’une machine Dell “AMD Inside” est donc permis.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur