Dell – EMC : c’est bon pour Bruxelles avec VMware

CloudData-stockageEntrepriseFusions-acquisitionsStockageVirtualisation
dell-emc-commission-europeenne
2 2

La Commission européenne a donné son feu vert à l’acquisition d’EMC par Dell, estimant qu’elle n’entrave pas la concurrence sur les marchés où évoluent les deux sociétés.

La Commission européenne n’a pas perdu de temps pour valider le rapprochement entre Dell et EMC.

En octobre 2015, les deux groupes, partenaires de longue date sur le marché IT, avaient annoncé leurs fiançailles, le premier mettant la main sur le second pour 67 milliards de dollars*.

La principale inconnue dans le cadre de cette opération se nomme VMware. Le spécialiste de la virtualisation a effectivement un statut particulier : EMC, qui en avait fait l’acquisition en 2004, possède aujourd’hui 80 % du capital, le reste se négociant en Bourse depuis août 2007.

Le montage imaginé par Michael Dell et ses partenaires financiers – MSD Partners, Silver Lake – implique une intégration d’EMC au sein du groupe Dell… et le maintien de VMware comme entité séparée, toujours cotée sur le New York Stock Exchange.

Bruxelles a tenté de déterminer dans quelle mesure ce deal sans précédent dans l’univers IT pourrait compliquer l’accès aux solutions VMware par des concurrents de Dell.

Elle en a conclu que le nouvel ensemble n’aurait ni la capacité, ni un quelconque intérêt à barrer la concurrence, à plusieurs titres.

Non seulement au vu de la situation du marché, où évoluent des rivaux comme Citrix, Microsoft et Red Hat, mais aussi parce que les entreprises « s’appuient généralement sur plusieurs fournisseurs pour la virtualisation »… et que la stratégie de VMware est « historiquement agnostique du matériel et du logiciel ».

Pour ce qui est des systèmes de stockage d’entreprise, le duo Dell-EMC ne détiendrait qu’une part de marché « modérée » face à des acteurs comme IBM, HP ou NetApp, selon Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence.

Au dernier pointage d’IDC, EMC est, sur le 3e trimestre 2015, leader mondial avec 18,4 % du marché, contre 16,3 % pour HP. Dell en est à 9,9 %, devançant NetApp (7,1 %) et IBM (6,4 %).

Les actionnaires d’EMC doivent encore donner leur feu vert à l’opération, validée la semaine dernière par la Federal Trade Commission, autorité suprême de la concurrence aux États-Unis.

* Aux termes de l’accord, Dell versera un montant global de 33,15 dollars par action EMC : 24,05 dollars en numéraire, avec un supplément en « trackers », c’est-à-dire des titres spéciaux qui répliqueront l’évolution du cours de Bourse de VMware.

Crédit photo : hafakot – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur