Dell SecureWorks : une IPO à 112 millions de dollars

BourseEntrepriseLevées de fondsSécurité
ipo-secureworks-dell
3 4

Dell n’atteindra vraisemblablement pas ses objectifs initiaux pour l’IPO de sa filiale SecureWorks, dans un contexte délicat sur les marchés boursiers.

C’est le jour J pour SecureWorks.

La filiale de Dell spécialisée dans la cybersécurité doit faire, ce vendredi, son entrée sur le Nasdaq, sous la ligne de cotation SCWX.

L’opération s’effectue dans un climat défavorable. Illustration du scepticisme des investisseurs : c’est la première IPO de l’année dans le secteur high-tech, quand une demi-douzaine avaient déjà eu lieu l’année dernière à la même période, selon Reuters.

La résultante ne sera d’ailleurs vraisemblablement pas à la hauteur des espérances des Dell.

Cette introduction en Bourse devrait en l’occurrence rapporter 112 millions de dollars, loin des estimations fournies dans une récente réactualisation du prospectus d’IPO déposé auprès de la SEC (Securities and Exchange Commission, gendarme des marchés financiers aux États-Unis).

Le groupe informatique américain avait évoqué un prix d’introduction entre 15,50 et 17,50 dollars par action. Dans le milieu de cette fourchette, l’opération aurait rapporté, à raison de 9 millions de titres émis, 134,3 millions de dollars net, voire 154,9 millions en cas d’exercice d’une option de surallocation à hauteur de 1,35 million d’actions.

SecureWorks ne devrait finalement émettre que 8 millions d’actions au prix unitaire de 14 dollars. On est loin des objectifs encore avancés l’été dernier, quand la société visait une valorisation à 2 milliards de dollars.

Elle n’est pas la seule à pâtir de la frilosité des marchés. Les concurrents Rapid7 et Mimecast en ont aussi fait les faits : eux qui avaient réalisé des démarrages convaincants en 2015 cotent aujourd’hui en dessous de leur niveau d’introduction, malgré l’intérêt porté par les investisseurs à l’écosystème de la sécurité IT.

Les recettes associées à l’IPO doivent être réinjectées dans le développement de SecureWorks*, qui revendique 4 200 clients, essentiellement des PME. Elles ne seront pas, contrairement aux 3 milliards de dollars rapportés par la vente de Dell Services au conglomérat japonais NTT Group, consacrées au remboursement d’une partie de la dette contractée avec l’acquisition d’EMC.

* Dell avait fait l’acquisition de SecureWorks en 2011 pour 612 millions de dollars. L’entreprise basée à Atlanta revendique un chiffre d’affaires de 339,5 millions de dollars sur son exercice 2015-2016, contre 262,1 millions l’année précédente. Mais dans le même temps, les pertes ont presque doublé, de 38,5 à 72,4 millions de dollars.

Crédit photo : Matej Kastelic – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur