Dell s’intéresse aux clients de SAP

Cloud

Renforçant son offre de services aux entreprises, Dell propose aux clients de SAP d’abandonner leurs serveurs Unix au profit de ses serveurs sous Linux ou Windows.

Dell a lancé un nouveau service qui vise les entreprises utilisatrices de R/3, le progiciel de gestion intégré (PGI) de l’allemand SAP. Le plus souvent, ce type d’application fonctionne sur des serveurs sous Unix, comme ceux commercialisés par Sun Microsystems ou IBM. Et ce que propose Dell à ces entreprises, c’est de migrer d’Unix vers des serveurs Intel en cluster sous Linux ou Windows, une architecture matérielle censée être plus économique. Ce qui reste à prouver. S’il est évident qu’à puissance totale équivalente, l’empilement de serveurs Intel sous Linux ou Windows est moins coûteux à l’achat que des serveurs Unix, il n’est pas sûr que cet avantage économique se vérifie à l’usage car une telle architecture est complexe à gérer, ce qui impose des investissements en logiciels d’administration et personnel qualifié (voir édition du 23 avril 2003).

Un partenariat fort

Déjà, Dell se targue de compter parmi ses clients plus de 5 000 entreprises qui utilisent ses serveurs pour exécuter R/3. L’initiative de Dell s’inscrit dans sa stratégie de renforcement de son offre de services aux entreprises. C’est pour lui un axe de croissance majeur. En cela, il suit l’exemple de tous les grands constructeurs de matériels informatiques qui ont de longue date complété leur coeur d’activité de très lucratives prestations de services complémentaires. Pour SAP, l’offensive de Dell ? et plus généralement l’élaboration d’un partenariat fort avec ce dernier – est évidemment une bonne affaire, compte tenu de l’implantation du constructeur aux Etats-Unis. Cela aidera SAP à dynamiser ses ventes outre-Atlantique, ce qui est un de ses objectifs majeurs. La croissance économique incite en effet les entreprises américaines à investir dans leur système d’information.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur