Delphine Ernotte (Orange) : “Débit 4G : on ouvre les vannes au maximum à Marseille”

4GMobilitéRégulations
4g-orange-leaflet-marseille-LTE

Orange organise un pilote 4G à grande échelle à Marseille. Interview avec la Directrice générale exécutive de la branche française de l’opérateur télécoms.

En marge de la conférence de presse organisée par Orange à propos de la 4G à Marseille, Delphine Ernotte-Cunci, Directrice Exécutive Orange France, précise les conditions de ce projet pilote et ses contraintes.

Pour ce test à grande échelle dans une métropole, Orange compte recruter plusieurs centaines de testeurs (employés, clients particuliers et entreprises).

La compatibilité 4G de 120 sites est assurée dans la cité phocéenne (sur 200 sites 3G). Le fait d’atteindre 150 sites couverts d’ici la fin de l’année permettra de couvrir 50% de la population locale.

La patronne d’Orange France répond également à des questions diverses sur la mobilité : contraintes 4G, Free Mobile, santé et téléphonie mobile, 3G dans le métro…

(Interview réalisée le 21 juin 2012, photo article : Delphine Ernotte avec une tablette devant une démo de cloud gaming).

ITespresso.fr : Le déploiement de la 4G, cela implique quoi en termes d’infrastructures ?
Delphine Ernotte-Cunci : Nous allons installer de nouvelles antennes spécifiques 4G compatibles avec les deux bandes de fréquences (2,6 GHz et 800 MHz) et des équipements radio spécifiques dans les stations de base déjà déployées (pour la 2G et la 3G). A Marseille, nous nous concentrons sur le 2,6 GHz pour les zones denses. Tandis que la bande de fréquence 800 MHz nous permettra d’étendre la couverture géographique et elle a la caractéristique de mieux traverser les murs. On parle beaucoup des antennes alors qu’il existe un autre élément très important : les liens de transmission (entre les antennes-relais et le réseau de l’opérateur) pour acheminer le trafic. Chez Orange, ils sont majoritairement en fibre optique : c’est le cas dans 97% des zones très denses, et 80% en général sur le territoire national.

ITespresso.fr : Avez-vous recensé des problèmes techniques spécifiques liés au déploiement de la 4G ?
Delphine Ernotte-Cunci : Il faut signaler un problème d’interférence sur la bande 2,6 GHz avec les stations météo et les radars de l’aviation civile. Cela va changer pour éviter toute perturbation. Pour la première vague de déploiement, lorsque nous choisissons les villes pour déployer la 4G, nous prenons le soin de vérifier que les aéroports sont éloignés.

ITespresso.fr : Avez-vous besoin de nouvelles autorisations des pouvoirs publics pour déployer ces nouvelles antennes ?
Delphine Ernotte-Cunci : Absolument. Il faut l’accord des mairies et des collectivités locales pour installer la 4G. C’est un dialogue constant puisque, parallèlement, nous continuons à améliorer le réseau 3G.

ITespresso.fr : Vous travaillez avec deux équipementiers pour la 4G en France : Alcatel-Lucent et Ericsson. Mais, selon Les Echos, il y avait des doutes pour savoir lequel va prendre en main la plaque régionale stratégique de l’Ile-de-France…
Delphine Ernotte-Cunci : En fait, c’est Ericsson qui prendra en main le déploiement pour Paris.

orange-4g-cloud-gaming-LTEITespresso.fr : Dans vos futures premières offres commerciales 4G, comptez-vous moduler le débit de l’Internet très haut débit mobile ?
Delphine Ernotte-Cunci : On se posera la question se posera plus tard dans le courant du premier trimestre 2013.

A Marseille, pour le test grandeur nature, nous ouvrons les vannes un maximum pour savoir jusqu’où on peut pousser la 4G.

Pour nos clients d’Orange France, nous proposons en l’état actuel un update de la 3G (H+) jusqu’à 42 Mbit/s en théorie et cette option est disponible pour plus de 50% de la population.

Par construction de réseau, le débit 3G n’est jamais uniforme car il est partagé. Cela dépend de paramètres comme l’heure de connexion.

ITespresso.fr : Avec l’essor de la 4G, les tarifs des offres 3G vont-ils baisser en parallèle ?
Delphine Ernotte-Cunci : C’est trop précis. Nous n’en sommes pas encore là. Franchement, c’est un peu tôt pour vous répondre.

(Lire la fin de l’interview page 2) : Free Mobile 4G, santé et mobile, métro et 3G…


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur