Des annonceurs embarrassés prennent leurs distances avec les adwares

Mobilité

La publication d’une liste noire a poussé certaines sociétés à couper les ponts avec un spécialiste des logiciels publicitaires.

Trois des sociétés citées, la semaine dernière, sur une liste noire des annonceurs présents sur le réseau du spécialiste des adwares 180solutions ont rompu tous leurs liens avec ce dernier.

Altrec, un magasin en ligne proposant des vêtements et équipements de loisirs, a indiqué à Vnunet.com qu’il avait “définitivement mis un terme à sa collaboration avec 180solutions”. La société a souligné que cette coopération n’avait eu qu’une valeur de test et qu’elle n’y avait consacré que 440 dollars.

La boutique en ligne de téléphones mobiles Letstalk.com a également rompu tous ses liens avec 180solutions, ainsi que l’a annoncé son directeur général Delly Tamer dans un courrier électronique. Les deux entreprises ont également affirmé qu’elles allaient remettre à plat leurs stratégies de publicité et d’affiliation afin d’éviter tout incident à l’avenir. Enfin, la société GreetingCards.com a fait savoir qu’elle avait annulé tous ses contrats avec 180solutions.

Une liste noire à effets immédiats

Le Center for Democracy & Technology (CDT) a publié le 20 mars un rapport (disponible en ligne au format PDF) dans lequel il désignait douze sociétés faisant appel au réseau de 180solutions pour faire de la publicité à leurs produits. En plus des trois déjà citées, la liste comprenait les noms de Club Med Americas, eHarmony, NetZero, ProFlower, PeoplePC, PerfectMatch, True.com, uBid et Waterfront Media.

Le but de cette étude était de couper les vivres aux distributeurs d’adwares dont les méthodes sont discutables et d’éclairer le public sur les différents liens et partenariats au sein de l’industrie de la publicité. Le CDT a tenté de contacter toutes les sociétés impliquées avant la publication de l’étude mais n’a reçu aucune réponse de la plupart d’entre elles. Les trois acteurs qui ont fait machine arrière ont tous déclaré ne pas avoir reçu les lettres de l’association.

Selon son directeur de la communication, David McGuire, le CDT a depuis été contacté par plusieurs des entreprises mises sur liste noire. L’association est disposée à mettre à jour son rapport si les annonceurs peuvent lui donner de plus amples informations.

Des logiciels qui cachent souvent leurs intentions

Les adwares sont des logiciels conçus pour afficher des publicités sur les écrans des utilisateurs, souvent via des fenêtres pop-up, en fonction des sites Web visités. Ces applications recueillent généralement des informations sur les habitudes de navigation de l’internaute.

Le principal reproche fait à ces logiciels est qu’ils utilisent des méthodes trompeuses pour s’installer sur les ordinateurs des utilisateurs. Les distributeurs d’adwares dissimulent souvent les réelles intentions de leurs applications, que l’on retrouve associées à des jeux ou logiciels gratuits. On sait également que les personnes contrôlant des PC zombies (les botnets) installent généralement ces logiciels publicitaires sur les ordinateurs de leurs réseaux car elles touchent une commission à chaque installation.

(Traduction d’un article de VNUnet.com en date du 24 mars 2006)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur