Des chercheurs inventent la ‘nanoradio’

Mobilité

A l’aide d’un nanotube de carbone, les scientifiques de Berkeley ont mis au point la plus petite radio au monde.

Les physiciens de l’Université de Berkeley (Californie) ont construit la plus petite radio du monde à l’aide d’un seul nanotube de carbone. La structure, large d’un dix-millième du diamètre d’un cheveu humain, a seulement besoin d’une batterie et d’un casque pour fonctionner comme un poste radio.

Les scientifiques ont déjà reçu leur premier programme FM, Layla de Derek & The Dominos et Good Vibrations des Beach Boys, transmis à travers les locaux. “Nous étions en extase quand ça a marché“, déclare l’équipe d’Alex Zettl, professeur de physique à Berkeley, “c’était fantastique.”

La nanoradio, actuellement configurée comme un récepteur mais qui pourrait fonctionner comme un émetteur, est 100 milliards de fois plus petite que les premiers postes radiophoniques commercialisés. Selon les chercheurs, l’invention pourrait être utilisée dans les téléphones mobiles ou les capteurs sensitifs minuscules qui pourraient renvoyer les informations enregistrées via le signal radio.

L’appareil s’intégrerait parfaitement avec les circuits électroniques grâce à sa faible consommation énergétique. “La radio nanotube pourrait créer de nouvelles applications comme les appareils de contrôle radio assez petit pour être introduits dans le corps humain“, note les auteurs dans un article publié sur Nano Letters.

Un seul nanotube de carbone fonctionne simultanément comme une antenne, un amplificateur et un démodulateur pour les bandes AM et FM. Il détecte les signaux d’une manière totalement originale, en vibrant plusieurs milliers à plusieurs millions de fois par seconde de manière synchronisée avec l’onde radio. Cela en fait un véritable appareil nano-électromécanique qui intègre les propriétés mécaniques et électriques des matériaux à l’échelle nanoscopique.

Dans la nanoradio, le nanotube réagit comme une antenne pour détecter les ondes radios mécaniquement en vibrant à des fréquences radio. Un seul nanotube sélectionne évidemment une seule fréquence, explique les chercheurs. Mais une tension [électrique] appliquée au nanotube permet de jouer sur sa fréquence vibratoire. En conséquence, les physiciens sont en mesure de se connecter à la fréquence désirée en “tirant” sur le nanotube avec une électrode chargée positivement.

Adaptation de l’article Boffins build radio from carbon nanotube de Vnunet.com en date du 1er novembre 2007.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur