Des hackers inaugurent le piratage des mises à jour de logiciels

Cloud

Deux chercheurs en sécurité de la firme Radware ont mis au point un outil capable d’intercepter les demandes de mises à jour automatiques de logiciels pour propager des malwares.

Deux chercheurs en sécurité, travaillant pour la société israélienne Radawre, spécialiste de l’application delivery, ont réussi à trouver un nouveau moyen pour permettre aux pirates d’installer des logiciels malveillants, comme des vers, des virus, des chevaux de Troie ou des spywares, dans les ordinateurs.

Lors de la conférence DefCon de La Vegas consacré au hacking, Itzik Kotler et Tomer Bitto ont fait une démonstration d’un piratage de PC. Selon le site Cnet.com, ils ont ainsi réussi à profiter du lancement de la mise à jour automatique d’un logiciel pour installer un malware sur l’ordinateur qui a sollicité la mise à jour d’un de ses programmes.

Pour se faire, les deux chercheurs ont utilisé Ippon, un outil qu’ils ont eux-mêmes élaboré. Cette application est capable de scanner les communications transitant par un point d’accès Wi-Fi. A partir de là, Ippon peut commencer son acte de piratage : il intercepte la demande de mise à jour automatique d’un logiciel installé sur un ordinateur particulier, via le protocole HTTP.

Intercepter les demandes de mises à jour avant l’éditeur

Avant que cette demande ne parvienne au site de l’éditeur officiel de ce logiciel, le pirate amorce une réponse en direction de l’ordinateur concerné en lui envoyant un malware à télécharger. Pour une contrefaçon parfaite, le logiciel malveillant se fait passer pour la véritable mise à jour. Berné, l’ordinateur télécharge alors le malware.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur