Des PDA plus puissants avec les processeurs XScale

Mobilité

Intel enrichit sa gamme de processeurs embarqués avec les XScale PXA210 et PXA250. Successeurs des StrongARM, qui équipent notamment les PDA sous PocketPC 2002, les XScale promettent des performances accrues pour une consommation réduite de moitié. En version 133 et 200 MHz, le PXA210 vise les PDA d’entrée et de milieu de gamme et les téléphones mobiles. A 400 MHz, le PXA250 s’adressera aux produits haut de gamme.

Intel a lancé ce 11 février à Tokyo une nouvelle gamme de processeurs embarqués. Destinés aux futurs assistants personnels, téléphones mobiles et autres appareils multimédias communicants, les PXA250 et PXA210 combinent faible consommation et performances (grâce à un nombre réduit de transistors associés aux instructions optimisées RISC et une gestion “intelligente” de la consommation en fonction des besoins). Ces deux processeurs sont structurés autour d’un coeur XScale 32 bits d’Intel, amélioration de l’architecture StrongARM acquise auprès de Digital Equipment en 1998. Issu de l’architecture RISC 32 bits (elle-même dérivée d’Advanced RISC Machine ou ARM), XScale reste entièrement compatible avec la plate-forme ARM garantissant ainsi le support des applications actuelles. Les XScale promettent, selon leur constructeur, de consommer moins que les StrongARM.

Dotés de 64 Ko de mémoire cache (32 Ko pour les données et autant pour les instructions) et 2 Ko pour les données streaming, les nouveaux processeurs XScale disposent d’un ensemble de contrôleurs (mémoire externe, bus série et parallèle, fonctions de communication des liaisons filaire et sans fil, gestion des cartes d’extension formats MMC et PCMCIA, etc.) qui simplifient l’intégration industrielle. Selon Intel, les PXA sont tellement complets que les ingénieurs n’ont plus qu’à “ajouter de la mémoire, une batterie, les interfaces de communication et, éventuellement, un écran LCD” pour transformer la puce en une machine opérationnelle.

Jusqu’à 400 MHz

Cadencé à 200, 300 et 400 MHz, le PXA250 s’adresse aux machines haut de gamme tandis que le PXA210, proposé en 133 et 200 MHz, vise l’entrée et le milieu de gamme comme les téléphones portables. Les nouvelles puces d’Intel permettront d’enrichir les fonctions multimédias de ces derniers… pour peu que les services y ayant recourt existent un jour (transfert d’images ou de vidéo, musique, consultation du Web, etc.). Les premiers appareils équipés des PXA250 et PXA210 devraient arriver en milieu d’année sous les marques des ténors habituels, Compaq, Casio, Hewlett-Packard, NEC et Toshiba notamment.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur