Des perturbations dans le ciel américain dûes à une panne informatique

Cloud

Dans la journée de mardi, le trafic aérien au-dessus du territoire américain a été très perturbé à cause de la gestion informatique des plans de vol.

“Les departs et ou les arrivées sont retardés de plus de 45 minutes”. C’est ainsi qu’est décrit le niveau rouge de retard des vols dans le ciel américain sur le site Web géré par la Federal Aviation Administration (FAA), organisme gouvernemental chargé des réglementations et des contrôles concernant l’aviation civile aux États-Unis.

Celui-ci renseigne l’état du trafic aérien en temps réel. Au moment où nous publions cet article, la carte est parsemé de points de cette couleur, palissant difficilement vers un retour progressif à la normale (orange puis jaune).

Depuis hier, en début d’après-midi, les voyageurs américains subissent les conséquences d’une panne du système de gestion informatique des plans de vol. Le fameux programme Nadin (National Airspace Data Interchange Network) est de nouveau à la source du dysfonctionnement. Trois pannes logicielles similaires avaient, en effet, perturbé le trafic aérien pendant l’été 2007. Il était prévu que Nadin reçoive des améliorations d’ici la fin de l’année.

L’origine de la défaillance technique se trouve dans les bureaux de Hampton dans l’Etat de Géorgie qui gère les plans de vol des avions au départ de la côte Est des Etats-Unis, selon l’agence de presse AP. Les aéroports de Boston, Atlanta, Chicago et Baltimore ont souffert plus que les autres de ces perturbations.

Une porte-parole de l’institution, Kathleen Bergen a expliqué qu’il y aurait eu une coupure dans la liaison entre les bureaux de Géorgie et ceux de Salt Lake City pour la transmission des plans de vols, obligeant Salt Lake City à les reprogrammer.

Pas de plan de vol, pas de décollage

Sans ces informations (lieu, heure de départ et d’arrivée, nombre de passagers, etc.), il est évident que l’avion ne peut pas décoller. La panne n’a pas affecté directement les appareils en vol. Il n’y a qu’au moment de l’atterrissage où les avions ont dû jouer des ailes pour se faire une place sur les tarmacs des aéroports déjà bondés par les appareils cloués au sol.

En sachant que de façon régulière, la FAA émet plus de 300 000 plans de vol en 24 heures aux Etats-Unis, les autorités de l’aviation américaine ont estimé très approximativement le nombre de vols affectés à plusieurs centaines.

Une porte-parole de la FAA a même confié à l’agence de presse Reuters que l’agence n’avait jamais subi une panne informatique aussi sévère. “Nous avons rencontré des failles matérielles mais jamais comme celle-ci”, a affirmé Diane Spitalire.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur