Des puces nVidia dans les portables Mac ?

Mobilité

Les experts en vidéo semblent être tombés d’accord : la nouvelle carte graphique GeForce 2 de nVidia est plus puissante que la carte Mobility M4 d’ATI. Il serait question de l’embarquer dans le prochain portable professionnel d’Apple. Le marché des cartes s’assagirait-il ?

Selon des sources proches du projet Mercury (le nom de code du prochain PowerBook G4) qui se sont livrées au site américain Go2Mac, la prochaine génération de portables frappés de la pomme devrait être équipée de la carte GeForce 2 mobile de nVidia. Il semblerait que les équipes de ce fabricant de cartes graphiques installé à Santa Clara en Californie aient convaincu Apple de la pertinence de sa stratégie pour les années à venir et plus spécifiquement sur la question de la bande passante mémoire disponible.

Cette rumeur, si elle se vérifie, arrive à quelques jours seulement du rachat par nVidia de son concurrent 3dfx (voir édition du 18 décembre 2000), une société qui a littéralement secoué le monde des cartes graphiques il y a quelques années en proposant des produits s’appuyant sur ses cartes Voodoo combinées à des bibliothèques Glide. L’arrivée de cette combinaison en 1996 a en effet révolutionné les jeux en 3D, en permettant l’obtention de dessins plus riches, plus souples et plus rapides que ceux alors disponibles. Les jeux sont alors devenus utilisables uniquement sur les produits de 3dfx pendant plusieurs années. Mais la firme a depuis été rattrapée par ATI et surtout nVidia, dont les produits sont aujourd’hui considérés meilleurs par les professionnels du graphisme et de la vidéo, comme la société de développement de jeux iD Software qui ne cache pas son penchant pour ses technologies.

nVidia se recentre sur la vente de puces aux fabricants de cartes graphiques

Le rachat de 3dfx par nVidia, s’il est une aubaine pour ce dernier, s’avère catastrophique pour les joueurs et utilisateurs de ce type de cartes. NVidia s’est en effet engagé dans une stratégie de vente de ses puces aux fabricants de cartes graphiques comme Creative Labs, Hercules et Elsa Graphics. La firme est de plus partenaire de Microsoft dans le développement de sa future console de jeux, l’X-box. NVdia prévoit d’utiliser sur ses processeurs graphiques les technologies développées et brevetées par 3dfx, mais n’envisage pas de commercialiser des cartes pour le grand public. C’est d’ailleurs cette activité de fabrication de puces que réalisait 3dfx avant de s’engager dans la fabrication de cartes. Le champ de la vente de cartes aux utilisateurs se libère donc d’un coup et une nouvelle bataille risque d’être à nouveau lancée entre les acteurs restant sur ce marché.

Le rachat de 3dfx par nVidia signe également la fin du premier acte dans la concurrence que se sont livrée les différents sous-traitants potentiels d’Apple depuis le début de l’année : ces deux challengers cherchaient à détrôner le Canadien ATI (voir édition du 17 janvier 2000), leader mondial, en tant que fournisseur des cartes destinées au Macintosh (voir édition du 5 juin 2000). Il semble que nVidia ait finalement réussi ce tour de force, en démontrant à Apple la capacité de ses puces à prendre en charge les performances vidéo et à saturer le bus AGP bien mieux que ne peut le faire l’actuelle Radeon d’ATI. On pourrait donc bientôt voir se côtoyer des Mac équipés de processeurs graphiques du Canadien et d’autres provenant de la firme de Santa Clara. Un bruit à vérifier en début d’année…

Pour en savoir plus :

Le site de nVidia (en anglais)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur