Deutsche Telekom en passe de vendre T-Systems ?

Mobilité

Seul opérateur télécom à avoir intégré des activités de services informatiques au sein de ses activités de télécommunications, Deutsche Telekom pourrait être amené à revoir sa stratégie. Selon le Financial Times, l’opérateur pourrait être tenté de vendre T-Systems afin de réduire sa dette.

Avec une dette de 67,3 milliards d’euros, il devient urgent pour Deutsche Telekom de trouver une solution. Et l’entrée en Bourse de T-Mobile, sa filiale de téléphonie mobile, ne devrait finalement pas suffire pour ramener sa dette à 50 milliards d’euros d’ici fin 2003 comme Ron Sommer, le président du directoire du groupe, s’y était engagé. De même que la suppression de 22 000 emplois d’ici la fin de l’exercice 2004 sera insuffisant. De ce fait, l’opérateur allemand se tournerait vers une autre solution. Le Financial Times révèle dans son édition de mardi que Deutsche Telekom envisagerait de céder ses activités de services informatiques regroupés au sein de T-System. Une cession qui pourrait rapporter, selon les estimations d’ABN-Amro, entre 4 et 6 milliards d’euros à Deutsche Telecom.

Si l’information n’est pas confirmée par Deutsche Telekom, le quotidien Les Echos cite une source chez l’opérateur expliquant que le scénario est bel et bien exploré. Toutefois, si cette cession se confirme, cela marquerait l’abandon de la stratégie de l’opérateur visant à faire converger les télécoms et les services informatiques. Une stratégie qu’il est d’ailleurs le seul à avoir menée.

Une stratégie d’intégration en révision

Il y a un peu moins d’un an, l’opérateur allemand procédait au regroupement de ses activités, alors séparées, de télécommunications d’entreprises et d’informatique (voir édition du 17 septembre 2001). La nouvelle entité T-Systems regroupe, depuis, les sociétés Siris, Spring et Soleri. L’idée étant de proposer des solutions informatiques, télécoms ainsi que des services via une seule et même entreprise. La société assure aujourd’hui 15 % du chiffre d’affaires de Deutsche Telekom. Mais l’entité traverse elle aussi quelques difficultés. Les Echos annonce un recul des ventes de 5,9 % au premier trimestre 2002 et affiche par ailleurs un résultat déficitaire de 100 millions d’euros avant impôt.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur