Développement durable : les opérateurs et fournisseurs télécoms vont montrer “patte verte”

CloudOpérateursRéseaux

Dans le cadre du Grenelle de l’Environnement, la Fédération Française des Télécoms a signé une “charte d’engagement volontaire en faveur du développement durable”.

En signant une “Charte d’engagement pour le développement durable“, les acteurs des télécoms en France devront trouver des solutions pour minimiser l’impact de leur activité sur l’environnement.

Cette “charte” a été entérinée jeudi par Frank Esser, en qualité de président de la Fédération française des télécoms (FFT), à laquelle sont affiliés les trois principaux opérateurs (Orange, Bouygues Telecom et SFR).

Deux représentantes du gouvernement s’étaient jointes à cette initiative “écolo-télécoms” : Chantal Jouanno et Nathalie Kosciusko-Morizet, respectivement secrétaires d’Etat à l’Ecologie et à l’Economie numérique.

La  “charte d’engagement pour le développement durable” s’articule autour de 5 volets principaux :
– maîtrise de la consommation énergétique des réseaux

– diffusion plus large des usages innovants des technologies de l’information et de la communication (TIC) en faveur du développement durable;

– “responsabilisation” de la chaîne complète de production suivant des critères de responsabilité sociale et environnementale;

– “écoresponsabilité” des entreprises du secteur des télécoms;

– essor de la “consommation durable” et amélioration de la collecte des téléphones portables usagés.

Selon les statistiques annoncées,  les TIC seraient en mesure de réduire les émissions de gaz à effet de serre, à l’origine du réchauffement climatique, de l’ordre de 7% en France d’ici 2020.

Parmi les pistes, on cite le télétravail (qui réduit les déplacements) ou à la maison intelligente censée optimiser la consommation électrique.

La collecte des téléphones mobiles désuets reste un casse-tête : on estime à 10 millions le nombre de téléphones “dormants” dans les foyers (qui ne sont plus utilisés).

En 2009, seulement 485 000 mobiles ont été collectés. Depuis le début de l’année, les opérateurs multiplient les initiatives en offrant des incitations financières pour les récupérer.

Les “primes” peuvent aller de 2 euros à 280 euros et des spécialistes de la collecte de téléphones commencent à apparaître.

Les fournisseurs sont aussi invités à montrer “patte verte” : la FFT va exploiter la plate-forme EcoVadis permettant aux opérateurs “d’évaluer et de suivre la performance, éthique, environnementale et sociale de leurs fournisseurs clef en France et dans plus de 80 pays” . Et ce, à partir de 21 critères.

La solution EcoVadis sera utilisée dès cette année par Bouygues Telecom, France Telecom-Orange et SFR.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur