Digimind veut aider les entreprises à tirer profit du Web invisible

Cloud

Le prestataire français de veille stratégique lance un module, qui permet d’explorer la face cachée du Web et de constituer son propre méta-moteur.

Comment les entreprises peuvent-elles repérer les “signaux faibles” intéressants sur Internet ? Dans le langage de la veille stratégique, les “signaux faibles” constituent des informations parcellaires liées à un sujet stratégique qui apparaissent en ligne en amont d’une publication potentielle dans la presse. Autant dire des éléments très précieux pour les entreprises qui peuvent ainsi réagir plus vite face à la propagation de l’information.

C’est le coeur de métier de Digimind, spécialisée dans la veille stratégique, qui s’adresse en priorité aux knowledge workers des grandes entreprises (c’est à dire les experts qui effectuent des veilles pluridisciplinaires). Ses clients (au nombre de 200 actuellement) sont localisés dans les secteurs de l’aéronautique, de la pharmacie, des télécoms…

Exploration de la face cachée du Web

La société française exploite une plate-forme intégrée de veille (Digimind Evolution), qui comprenait jusqu’ici trois modules : Tracker (veille d’information à partir de sources d’information connues), Manager (gestion et filtrage de l’information pertinente) et Publisher (rapport et compte-rendu des données recueillies).

Désormais, cette solution logicielle inclut un nouveau module de recherche sur le Web invisible* ou sur des espaces communautaires que les outils traditionnels de recherche en ligne ont du mal à indexer.

Le nouveau méta-moteur Digimind Finder , mis en commercialisation le 1er mars, permet d’interroger cette partie du Web “underground” et de visualiser les résultats. “Désormais, avec les quatre modules (Finder, Tracker, Manager, Publisher), nous disposons d’une chaîne intégrée sur notre plate-forme “, explique Olivier Scheffer, Directeur marketing de Digimind.

Un algorithme “unique” dans le monde

C’est un produit issu du Digimind Research Center installé à Grenoble. Cette équipe de quatorze personnes (la société dispose d’un effectif global de 25 collaborateurs) a développé un algorithme “unique” d’apprentissage automatique des règles d’extraction des moteurs de recherche. Une approche basée sur des théories mathématiques topollogiques et probabilistes.

Le méta-moteur est une solution serveur multi-utilisateurs reposant sur des technologies industrielles fiables (J2EE, n-tiers, JSF, SOA?). Côté utilisateur, l’interface, développée en Ajax, est accessible à partir de n’importe quel navigateur. “La solution permet de construire son propre méta-moteur en fonction de mots-clés”, précise Olivier Scheffer. Sur l’écran de son PC, l’utilisateur peut disposer d’un tableau de bord synthétique : des fenêtres abritent les sources d’information retenues pour effectuer la veille. Une option de filtrage permet d’affiner encore un peu les mots-clés par source.

Digimind Finder est disponible en format intégré à la plate-forme globale ou en module autonome. La solution peut être hébergée ou installée directement chez le client. La licence annuelle est proposée à partir de 15 000 euros HT. Le prix varie en fonction du nombre de postes à équiper.

*Digimind propose unlivre blanc sur le Web invisible, réalisé par Christophe Anselin, Consultant Veille pour Digimind. Le document est disponible en téléchargement gratuit sur le site du prestatataire (format PDF).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur