Disques durs : Western Digital investit le marché grand public

Mobilité

Le constructeur américain lance les MyBook, une gamme de disques durs externes au design séduisant et qui visent la simplicité d’usage.

Western Digital lance une nouvelle gamme de disques durs externes en direction du grand public. Un boîtier métal noir brossé au format livre, qui se pose debout (ou couché), avec un cercle lumineux sur la tranche qui s’anime lors des transferts de données. Les disques MyBook ne dépareilleront pas au style moderne d’un salon ou sur les étagères d’une bibliothèque. Sa grille d’aération (découpée dans un message codé en morse selon le constructeur qui refuse d’en révéler la teneur pour le moment) assure l’aération de l’appareil, ce qui évite le recours à un ventilateur pour refroidir le disque lui même tout en lui assurant un fonctionnement silencieux.

Deux modèles sont proposés en 7 200 tours selon des capacités s’étendant de 160 à 500 Go. De quoi stocker jusqu’à 140 000 photos, 125 000 MP3 ou encore 38 heures de vidéo. Les MyBook Essentiel équipés en USB 2.0 et les Premium qui s’enrichissent de l’interface Firewire 400 et d’une jauge lumineuse pour indiquer en un coup d’oeil le niveau de remplissage du disque. Des modèles Firewire 800 et SATA sont déjà prévus mais n’arriveront que plus tard dans le courant 2006. Les modèles Essential sont proposés à partir de 139 euros (pour le 160 Go) et jusqu’à 369 euros (500 Go) et sont d’ores et déjà disponibles. Les Premium arriveront dans les prochaines semaines avec des tarifs supérieurs de 30 à 40 euros.

Google en soutien sur la gestion des contenus

Résolument grand public, les disques enferment WD Backup, un utilitaire développé par le constructeur et localisé (en français pour la France) pour répondre aux besoins de sauvegarde des utilisateurs. L’organisation des photos et la recherche de contenus est assurée par Picassa, Desktop Search et Toolbar de Google. Un assistant d’installation de ces applications se lance automatiquement la première fois que l’utilisateur branche le disque. Selon le choix, les logiciels s’installent alors sur le PC de l’utilisateur.

“Nous visons les utilisateurs familiers avec les usages numériques mais qui ne sont pas pour autant des spécialistes ou des techniciens”, explique Jim Welsh, responsable de la division grand public de Western Digital où il a pris ses fonctions il y a trois mois après douze années chez Maxtor. “Nous avons donc cherché à proposer des produits simples et fiables, ce qui ressortait le plus de nos études réalisées auprès de 1 200 personnes, tout en soignant le design que les gens peuvent associer à leur personnalité.” La robe des MyBook est une réalisation de la société américaine Ideo.

18 millions de disques

Avec plus de 18 millions de disques durs produits au quatrième trimestre 2005, Western Digital revendique la deuxième place des fabricants derrière Seagate (qui a avalé Maxtor, voir édition du 22 décembre 2005). Mais de constructeur OEM, Western Digital veut développer son activité de vendeur et s’imposer sur le marché grand public. Une activité qui représente aujourd’hui une “faible part du chiffre d’affaire”, selon Jim Welsh qui n’en dira pas plus sur la répartition actuelle et à venir. Une chose est sûre, le nouveau dirigeant veut développer très rapidement cette branche grand public.

Il croit notamment beaucoup à l’idée du disque en réseau, un appareil indépendant de l’ordinateur et accessible par différents périphériques, y compris la télévision et le téléphone portable. La gamme résidentielle de Western Digital devrait donc s’enrichir de nouveaux modèles dans les mois à venir. Dès avril prochain, le constructeur attaquera le marché du 1 pouce USB avec un disque de 6 Go à peine plus grand qu’une boîte d’allumettes pour 129 euros. Le prix d’une clé USB 2 Go actuellement.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur