Distribution produits high-tech : LDLC.com vise Materiel.net

E-commerceEntrepriseFusions-acquisitionsMarketing
boutique-LDLC-rachat-materiel.net
7 6

Le Groupe LDLC a ouvert des négociations exclusives pour acquérir la société Domisys, qui exploite Materiel.net.

Il y a de la consolidation dans l’air dans la distribution online de produits high-tech.

Le Groupe LDLC a ouvert des négociations exclusives pour acquérir la société Domisys, qui exploite Materiel.net.

A ce stade, les deux parties n’évoquent pas encore le prix de la transaction. « Cette acquisition de 100% du capital de Materiel.net, serait réalisée par échange de titres et en cash avec une augmentation de capital qui ne dépasserait pas 10% », précise le communiqué.

Cette opération de consolidation, dont la finalisation est escomptée d’ici fin mars 2016, permettrait de faire émerger un groupe réalisant environ 500 millions d’euros de chiffre d’affaires.

Sur fond de « synergies commerciales, logistiques et industrielles évidentes porteuses de croissance rentable » qui restent à détailler.

Ce rapprochement semble aussi une réponse à un marché qui se resserre avec notamment l’acquisition de RueDuCommerce (historiquement distributeur de produits high-tech qui avait renforcé ces assises avec Top Achat en 2009) par Carrefour.

La fusion en cours entre FNAC et Darty est également scrutée.

Materiel.net a un profil intéressant au regard de ses indicateurs financiers affichés en 2014: chiffres d’affaires de 150,5 millions d’euros (+12% par rapport à 2013), résultat d’exploitation de 3,6 millions d’euros, des capitaux propres de 15,9 millions d’euros et une trésorerie nette d’endettement de 1,9 million d’euros.

Tout comme LDLC qui a érigé 13 boutiques (dont 10 en franchise), l’e-enseigne convoitée s’était initiée à la distribution physique (10 concept-stores).

Domisys/ Materiel.net dispose également d’un centre logistique de 18 000 mètres carrés. Sa plateforme de Grandchamps-des-Fontaines (Nord de Nantes) est en cours d’automatisation.

La société, créée en 1999 et toujours présidée par Jean-Philippe Fleury, dispose d’un effectif de 200 collaborateurs.

Dans Les Echos, son fondateur qui détient 100% du capital évoquait fin août la possibilité d’enclencher une levée de fonds pour « accélérer ».

En face, dans la rubrique pionnier du Net, on trouve Laurent de la Clergerie, Président-fondateur du Groupe LDLC coté sur Euronext Paris.

Fondée en 1996, la société exploite une galaxie de 8 sites (dont 4 marchands), couvrant les domaines informatique – high tech – univers de la maison. Son effectif se situe à 480 collaborateurs.

Récemment, elle a ouvert une école de formation numérique.

Le 20 novembre, le groupe de distribution de produits high-tech annonçait une hausse de 11% de son chiffre d’affaires semestriel à 143,8 millions d’euros, soutenue par une progression de 18% de son activité BtoB (un segment de marché sur lequel Materiel.net voulait prendre position en 2016). Le résultat opérationnel du groupe LDLC société progresse de 33% (6,1 millions à fin septembre).

Avec cette publication financière, les objectifs avaient été confirmés : croissance à deux chiffres du CA, rentabilité opérationnelle améliorée et le cap des 500 millions d’euros à franchir à l’horizon 2018.

On comprend désormais mieux comment LDLC compte parvenir à ses fins.

www.groupe-ldlc.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur