Distribution sélective : des poids lourds de l’e-commerce font pression sur la Commission européenne

Mobilité

En plein débat sur les relations fournisseurs-distributeurs au niveau de l’UE, un groupe de sites marchands (Amazon, eBay, Pixmania..) veut faire entendre sa voix pour limiter le recours à la distribution sélective.

Amazon, eBay, Pixmania, PriceMinister, Rue du commerce, 3 Suisses International…A travers une lettre ouverte, un bouquet de sociétés de renom dans le commerce électronique interpelle Joaquin Almunia, Vice-président de la Commission européenne.

Les dirigeants des sites marchands expriment leur inquiétude vis-à-vis de changements qui seraient apportés dans le cadre de la révision des règles de l’Union européenne en matière d’accords verticaux entre fournisseurs et distributeurs.

Bruxelles planche sur la modification de règles datant du début des années 2000 et elles arrivent à échéance fin mai.

C’est le volet de la distribution sélective, qui suscite la levée de boucliers. Un point sur lequel Jean-Emile Rosenblum, co-fondateur et Vice-Président de Pixmania.com, s’était déjà exprimé sur ITespresso TV.

Les sites marchands n’apprécient guère ce type de canal de distribution, visant à favoriser la distribution de produits haut de gamme (jouets, montres, électronique grand public, appareils ménagers…) accordée à un cercle restreint de distributeurs.

“Nous nous accordons à penser que la révision des règles de l’UE en matière d’accords verticaux, et en particulier les propositions de modification des lignes directrices relatives à la distribution sélective, sont peu pertinentes et desserviront la cause des consommateurs dans leur ensemble”, déclarent les acteurs signataires de la lettre ouverte.

Ils se déclarent inquiets par le projet de réglementation de l’UE susceptible de provoquer une “discrimination entre le commerce en ligne et le commerce traditionnel”.

En particulier, ils pointent du doigt des dispositions jugées préjudiciables à la concurrence et au consommateur.

Qu’est-ce qui fait bondir les enseignes de l’Internet marchand ? Le privilège accordé au fabricant “d’exiger de ses distributeurs de disposer d’une boutique ou d’un showroom ‘en dur’ avant de s’engager dans la distribution en ligne” .

C’est le moment ou jamais de marquer son empreinte sur les dix ans à venir dans le domaine de l’e-commerce.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur