Divertissement numérique : AlloCiné passe sous la bannière Fimalac

Marketing
allocine-fimalac-acquisition-divertissement-numerique-cinema

Fimalac acquiert AlloCiné (propriété de Tiger Glogal Management) pour monter un grand groupe “e-divertissement” avec des médias en ligne (Webedia, Purepeople, Puremedia…) en sa possession.

AlloCiné revient dans le giron d’un groupe français après avoir intégré un fonds d’investissement américain.

Fimalac annonce qu’il est entré en négociations exclusives pour l’acquisition du portail de référence du cinéma actuellement détenu par Tiger Glogal Management.

Les Echos et L’Opinion évoquent une transaction située dans la fourchette 50 – 70 millions d’euros alors que le fonds américain avait déboursé 120 millions d’euros pour s’emparer d’AlloCiné en juin 2007.

Le chiffre d’affaires d’AlloCiné s’élève à 19 millions d’euros pour un résultat net de deux millions.

Une fois l’opération achevée, la holding financière Fimalac compte regrouper ses actifs dans le divertissement numérique.

Le groupe de Marc Ladreit de Lacharrière possède déjà les médias en ligne Webedia (Purepeople, Puremedia…) et Terrafemina tombés dans son giron dans le courant du printemps.

AlloCiné est l’un des portails Internet les plus populaires en France et il a étendu ses activités dans 4 autres pays (Brésil, Allemagne, Turquie, Espagne). Son audience mensuelle est évaluée à 25 millions de visiteurs uniques et à 30 millions de vidéos vues.

Notons qu’Allociné a monté plusieurs initiatives de chaînes de télé (AlloCiné Télévision en 1999 disponible sur le câble et satellite puis AlloCiné TV en 2011 sur les bouquets de télévision ADSL) qui n’ont pas marché.

En regroupant ses ressources dans le divertissement numérique, AlloCiné deviendrait “le 4ème groupe media digital français et le leader sur la thématique du divertissement” selon Fimalac.

“En se rapprochant du monde du cinéma, FIMALAC entend compléter son pôle divertissement et renforcer son ambition de construire un champion français du divertissement armé pour affronter la compétition internationale et capable de défendre dans le monde numérique l’exception culturelle française”, déclare Marc Ladreit de Lacharrière , cité dans le communiqué.

“Une fois l’opération achevée, les savoir-faire combinés d’AlloCiné sur les bases de données, le mobile et la vidéo à ceux de Webedia, dans l’information et les opérations spéciales permettront de constituer une offre unique pour nos clients”, poursuit Grégoire Lassalle, P-DG d’Allociné.

La saga Allociné se poursuit donc avec un nouvel actionnaire de référence : Fimalac. Sur ce dossier, d’autres repreneurs potentiels étaient sur les rangs comme le groupe Lagardère.

Fondé en 1993 par Jean-David Blanc et Patrick Holzman autour d’un serveur vocal d’informations sur les horaires des séances de cinéma et d’un canal Minitel (stoppé en 2008), AlloCiné investit le Web en 1997 et les réseaux mobiles en 1999.

En 2000, sous l’ère de Jean-Marie Messier, Vivendi Universal met la main sur la société via sa filiale numérique CanalNumedia.

Quatre ans plus tard, le groupe Vivendi revend le portail dédié au septième art à ses dirigeants et au fonds d’investissement CITA (lire l’interview du P-DG de l’époque Bertrand Stephann).

En 2007, nouveau rebondissement : AlloCiné a basculé dans le portefeuille du fonds Tiger Glogal Management.

Allociné redevient français et c’est une bonne nouvelle.

Dedans AlloCiné : la web-série des coulisses du portail
Si vous voulez vous détendre un peu, vous pourrez regarder la web série Dedans AlloCiné (saison 1 et 2) avec les membres de l’équipe d’AlloCiné qui se transforment en acteurs. On y retrouve notamment Grégoire Lassalle, P-DG d’AlloCiné.

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur