DJiT lève 2,4 millions d’euros : un mix d’investisseurs stratégiques

Apps mobilesEntrepriseLevées de fondsMobilitéStart-up
djit-levee-fonds
2 3

Deuxième tour de table pour DJiT, qui va accentuer son offensive hardware dans le prolongement de ses applications musicales dédiées notamment au mix.

Itinéraires croisés pour Martin Solveig, Jean-Charles Carré et Stéphane Bohbot.

On connaît le premier pour son activité de DJ et de producteur ; le second est l’associé historique de David Guetta ; le troisième a fondé le groupe Innov8, spécialisé dans la distribution de produits et de services connectés.

DJiT leur a ouvert son capital dans le cadre d’un tour de table sans précédent, bouclé cet été avec 2,4 millions d’euros à la clé.

Le fonds XLR Capital, lancé au printemps 2015 par Didier Soucheyre en association avec deux anciens collaborateurs de Neo Telecoms (Arnaud-Olivier Laurent et Patrick Chekib), emmène l’opération aux côtés de Bpifrance. Plusieurs investisseurs ayant participé à l’augmentation de capital de 2 millions d’euros réalisée fin 2013 remettent au pot.

L’expertise de Stéphane Bohbot dans le retail et les objets connectés permettra à DJiT d’accélérer son offensive hardware, amorcée l’année dernière avec le Mixfader.

Ce fader, qu’on relie par Bluetooth aux terminaux Android, iOS et Windows, a été financé par une campagne de crowdfunding sur Kickstarter, la collecte atteignant un montant de 110 485 euros. L’application qui lui est liée dématérialise la platine vinyle – sachant qu’on peut aussi en interfacer en USB – et permet de pratiquer le scratch.

Recherche développeurs

À l’origine, il était question, pour les « backers », de recevoir leur Mixfader en novembre 2015. Il leur a finalement fallu attendre le printemps 2016. Depuis lors, la distribution s’est élargie à plusieurs enseignes en France, dont Boulanger, Colette, Fnac… et le réseau LICK, créé par Innov8. Quant à l’application, elle a été portée sur Windows 10.

La galaxie DJiT comprend aujourd’hui une dizaine de services, basés sur le socle du logiciel edjing, avec lequel la start-up basée à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) avait, en 2012, pris position sur le segment du mix musical.

Cette galaxie software, qui va de l’égaliseur au karaoké collaboratif, a enregistré plus de 80 millions de téléchargements cumulés. Pour accompagner son expansion, DJiT recherche des développeurs (Python, Web front-end, iOS, Android, Windows).

La société cherche aussi à élargir son réseau de partenaires, parmi lesquels on compte déjà Wiko, qui a préchargé l’application edjing sur certains de ses smartphones. DJiT a aussi bénéficié du concours d’Apple et Google. Le premier a mis en avant la version Pro d’edjing lors de la présentation de l’iPhone 7. Le second a accordé une place à Mixfader sur son stand lors du salon Viva Technology Paris.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur