Docker acquiert Conductant : de l’orchestration dans les conteneurs

CloudDatacentersEntrepriseFusions-acquisitionsServeursStart-up
docker-conductant
3 9

Docker s’empare de Conductant, société commerciale montée autour du système open source d’orchestration informatique Apache Aurora.

Docker maintient sa dynamique de croissance externe.

Quelques semaines après avoir annoncé l’acquisition d’Unikernel Systems et ses OS légers conçus pour une exécution sur les machines virtuelles, le spécialiste des conteneurs logiciels jette son dévolu sur Conductant.

Cette start-up américaine passée sous les radars – elle n’a pas de site Internet – s’est spécialisée dans les outils d’orchestration informatique.

Créée en octobre 2015, elle se positionne comme une structure commerciale autour du projet open source Apache Aurora, dont l’objectif est d’automatiser, en conjonction avec le framework Mesos, la gestion des clusters de serveurs.

L’idée est d’éviter aux développeurs et aux administrateurs qui gèrent des environnements hétérogènes d’avoir à provisionner des ressources et à écrire des scripts de déploiement pour chaque nouveau service développé.

La question des ressources (processeur, RAM, disque) n’est plus abordée machine par machine, mais sous la notion de pool : Aurora alloue simplement les capacités nécessaires en assurant le basculement dynamique des tâches en cas de perturbation.

Les deux font la paire

À l’origine d’Aurora, on trouve le dénommé Bill Farmer, qui avait véritablement amorcé le développement du projet en 2009, lors de son arrivée chez Twitter. Il s’était alors fixé l’objectif de développer un système de clustering tel celui qu’il exploitait chez son ancien employeur Google.

S’appuyant sur le framework Mesos issu de l’université de Berkeley pour la partie développement et provisionnement d’applications distribuées, il a cherché à créer une couche logicielle capable d’aller plus loin dans la planification et l’orchestration (où placer les charges logicielles, comment respecter les limites de bande passante…).

John Sirois, ingénieur logiciel chez Twitter, accompagne les démarches. Il favorise notamment, en 2013, le passage d’Aurora en open source, sous licence Apache. Puis la collaboration avec Google ou encore Zynga sur l’optimisation de leurs environnements de production.

Avec l’émergence de Docker, s’est posée la question de l’orchestration de services conteneurisés.

Sur ce chantier, l’artisan se nomme TellApart. Cette société américaine spécialiste du reciblage publicitaire n’était pas encore passée dans le giron de Twitter quand elle a développé une couche de compatibilité Docker, reversée à la communauté et intégrée dans la version 0.7 d’Apache Aurora.

Une main tendue à Docker ? C’est ainsi que l’a interprété le spécialiste des conteneurs. Il compte désormais instaurer une complémentarité entre Aurora et sa technologie Docker Swarm, qui a pour but de faciliter la mise en œuvre de services distribués.

Crédit photo : Dabarti CGI – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur