Donald Trump tape sur Amazon perçu comme un destructeur de jobs

E-commerceGestion des talentsManagementMarketingRégulations
donald-trump-vs-amazon

Via Twitter, le Président des Etats-Unis attaque Amazon accusé de porter préjudice aux petits commerçants. La vraie raison de son courroux ?

Donald Trump fustige une nouvelle fois Amazon par tweet interposé.

Le groupe e-commerce de Jeff Bezos cause « des dommages importants aux commerçants qui paient leurs impôts », a-t-il balancé sur Twitter.

« Les villes, les quartiers et les Etats à travers les Etats-Unis sont touchés et beaucoup de jobs sont perdus », évoque-t-il.

Probablement une réaction épidermique à l’annonce du démarrage d’Amazon Instant Pickup qui permet de livrer en quelques minutes des petites courses, au détriment des épiciers du coin selon le Président des Etats-Unis.

Mais la presse américaine évoque aussi un autre prisme. Ce matin, The Washington Post, propriété de Jeff Bezos, a publié un éditorial ravageur sur le laxisme de Donald Trump pour condamner les mouvements d’extrême-droite après les violences survenues la semaine dernière à Charlottesville (Virginie) entre militants antiracistes et des groupuscules dans les mouvances s’inscrivant dans le néonazisme et la suprémacie blanche.

Depuis la course à la Maison Blanche, Donald Trump vise régulièrement Amazon pour des présumées pratiques anticoncurentielles du groupe e-commerce. Il l’accuse de détruire des emplois dans le commerce de détail.

Mais Amazon se défend et affiche un profil d’employeur important aux USA : 180 000 salariés (sans compter sur l’engagement de recruter 100 000 personnes supplémentaires d’ici mi-2018 selon CNBC).

Le groupe pointé du doigt par le Président des Etats-Unis met aussi en avant qu’il est soumis à des taxes sur ses ventes réalisées dans 45 Etats.

Il est de notoriété publique que les relations entre Donald Trump et Jeff Bezos sont de nature acrimonieuse. Mais on connaît l’impact potentiel d’un tweet de Donald Trump sur les marchés financiers.

Selon BFM Business, ce pique par Twitter a fait chuter la valorisation d’Amazon de 5,7 milliards de dollars.

(Crédit photo: @realDonaldTrump)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur