Données personnelles : Facebook généreusement sollicité en Europe

Régulations
facebook-donnees-personnelles

Au premier trimestre 2013, Facebook a reçu, de la part des autorités européennes, 8 500 demandes d’informations personnelles portant sur 10 000 comptes utilisateurs.

Dans le cadre d’une audition centrée sur la surveillance massive pratiquée par la puissante Agence nationale de sécurité américaine (NSA), la commission des libertés civiles du Parlement européen a pu constater que l’activité en ligne des citoyens de l’UE n’intéresse pas que les États-Unis.

Appelé à témoigner, Richard Allan, directeur de la politique publique de Facebook pour la zone EMEA, a indiqué qu’au 1er trimestre, le réseau social a reçu des autorités européennes 8 500 demandes d’informations liées à 10 000 comptes utilisateurs.

A titre comparatif, les administrations locales, régionales et fédérales outre-Atlantique auraient, dans le même laps de temps, transmis à la société de Mark Zuckerberg 12 000 requêtes portant sur 21 000 comptes.

Rappelons que lesdites requêtes englobent les ordonnances reçues au nom de la sécurité nationale, mais aussi les sollicitations reçues dans le cadre d’enquêtes judiciaires, pour des cas de fraude, des assassinats, des disparitions d’enfants ou encore la prévention de suicides.

En revanche, certaines informations relevant du secret défense, typiquement les requêtes relatives à la protection du territoire et la nature exacte des données communiquées aux agences de renseignement, ne peuvent être dévoilées.

Entre le 1er janvier et le 30 juin derniers, la Grande-Bretagne, avec 1975 requêtes, s’est montrée la plus demandeuse devant l’Allemagne (1886), l’Italie (1705) et la France (1547).

Comme le note Silicon.fr, ces chiffres pourraient néanmoins être sous-estimés, non seulement pour les raisons sus-évoquées, mais aussi en vertu de l’accord d’entraide judiciaire entre l’Union européenne et les États-Unis.

C’est dans cet esprit que Richard Allan a exhorté les gouvernements à faire preuve de plus de transparence sur le volume et la portée des demandes transmises à Facebook et à d’autres acteurs du numérique.

Au Parlement européen, les auditions centrées sur la surveillance électronique doivent se poursuivre ce jeudi. Au programme : la sécurité des institutions de l’UE et la supervision des agences de renseignement par les parlements nationaux.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : maîtrisez-vous vos informations personnelles sur Internet ?

Crédit illustration : Jirsak – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur