Dotred, un jeu en ligne “pédagogique, social et humanitaire”

Mobilité

Un artiste ingénieur de formation a créé un Paris virtuel pour sensibiliser le grand public aux problèmes du logement social. Et récolter des dons.

L’idée est un petit peu de bâtir une tour (presque) aussi haute que celle que va construire l’architecte Jean Nouvel à la Défense (301 mètres). Mais dans un monde virtuel, avec l’aide de ses amis, et au profit d’associations oeuvrant dans le domaine du logement social ou du droit au logement : Les enfants de Don Quichotte, Habitat & Humanisme, Le DAL, Jeudi Noir et Macaq. Le tout en s’amusant !

C’est ainsi que l’on peut résumer Dotred, un nouveau jeu sur Internet lancé fin mai dans le cadre du Web Flash Festival du Centre Pompidou. Créé par David Guez, ingénieur féru d’informatique et artiste plasticien, il consiste, concrètement, à acheter, pour deux euros, 100 mètres carrés dans un Paris virtuel.

Une fois devenu propriétaire de ce terrain, on y installe un cube personnalisable, grâce aux photos que l’on choisit pour se représenter et pour décorer son intérieur en pixels. Puis, plus on invite d’amis à rejoindre Dotred , plus son cube devient haut*. Cette première phase du jeu sera achevée quand le million de parcelles virtuelles proposées à la vente auront toutes trouver preneur.

“Dotred est le premier jeu en ligne pédagogique, mais aussi social et humanitaire, affirme David Guez. En jouant, on aide une cause, des gens.” L’auteur envisage d’autres extensions de son jeu, en France ou à l’étranger. “Je suis en contact avec des régions françaises et il y aura peut-être un Sao Paulo virtuel”, précise-t-il.

En “résidence de production” à Beaubourg, David Guez a bénéficié du soutien technique de Regart.net, un sous-traitant du centre Pompidou, pour le développement du site. Une fois cette première version de Dotred stabilisée, le jeu devra voler de ses propres ailes.

Vers un profil de réseau se socialisation

“Je ferai peut-être appel aux bonnes volontés, par exemple, lors de barcamps [rencontres informels de créateurs d’initiatives IT, ndlr], ces week-ends de développement qui fleurissent aux Etats-Unis”, envisage l’artiste. Des outils de communication seront éventuellement ajoutés au jeu, ce qui lui permettrait de se rapprocher d’un réseau de socialisation.

Géré par Solenoïde (contraction de Solidarité et Humanoïde), une association à but non lucratif (loi 1901), Dotred s’est engagé à reverser tous ses profits à des associations. “Etre partenaire de ce jeu constitue pour nous une façon d’entrer en contact avec des gens que nous aurions du mal à toucher autrement”, explique, par exemple, Bernard Usquin, vice-président de Habitat & Humanisme.

Cette association lyonnaise, fondée en 1985 par Bernard Devert (un ancien agent immobilier devenu prêtre), a vocation à aider les personnes en difficulté à obtenir un logement décent. Mais Bernard Usquin aimerait que la prochaine version du jeu affiche des prix différents pour les terrains virtuels, selon que ces derniers seront destinés – ou non – au logement social.

*L’auteur de ces lignes serait d’ailleurs très heureux de vous compter parmi ses filleuls ; indiquez “Mangez des pommes” comme parrain au moment de votre inscription ; merci !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur