Doutes sur l’avenir de Tiscali France

Mobilité

Tiscali France serait en vente et des pourparlers avec France Télécom seraient lancés pour un rachat, affirme Reuters. Une information démentie par la maison mère italienne du fournisseur d’accès. Mais les obstacles ne manquent pas.

Stratégie de recentrage en Europe, problème de gestion de trésorerie, manque de compétitivité dans les zones non dégroupées, concurrence affermie… Le groupe Tiscali a du mal à convaincre de sa réelle capacité et de sa réelle volonté à se maintenir dans le paysage de l’accès Internet haut débit. SelonReuters, une banque d’affaires aurait été mandatée par le groupe européen Tiscali pour prendre en charge la cession de Tiscali France. Des discussions avec France Télécom auraient été engagées.

La réaction de la direction italienne de Tiscali ne s’est pas faite attendre.“Nous démentons être en discussion avec France Télécom […] Aucun mandat n’a été donné à une banque”, a assuré à un porte-parole du groupe d’accès Internet dans la journée de mardi, toujours repris parReuters. Quant à France Télécom, l’opérateur se contente d’indiquer qu’il scrute des“petites opportunités”.

Il est vrai que les derniers mouvements du groupe Tiscali sont peu rassurants : fin novembre, le spécialiste de l’accès Internet a cédé sa branche belge à Scarlet Belgie Holding pour 19 millions d’euros. Une initiative qui détonne avec les déclarations officielles tenues jusqu’ici : le Benelux entrait dans les marchés stratégiques que la direction du groupe avait identifié dans le courant de l’été, avec l’Allemagne, Royaume-Uni, Italie et la France.

Le groupe Tiscali est également englué dans une affaire de remboursement d’un emprunt d’une valeur de 30 millions d’euros accordé à l’origine par Tiscali France mais les échéances de règlement ne sont pas respectées. SelonLes Echos, ce prêt devrait finalement être remboursé d’ici la fin du premier trimestre 2005. Mais les salariés de Tiscali France demeurent sceptiques à ce sujet.

Toujours selon le quotidien économique, l’Association des actionnaires minoritaires d’Intercall, le pôle de téléphonie prépayée de Tiscali France, aurait demandé à l’Autorité des marchés financiers (AMF) un droit de regard sur le prochain rapport d’un expert financier relatif à la santé financière du FAI français.

Problème de compétitivité

L’autre point concerne le manque de compétitivité du groupe d’accès Internet pour le marché grand public. Après avoir arrêté la commercialisation de son offre ADSL à 512 Kbits/s en zones non dégroupées, Tiscali France augmente de 5 euros le prix de ce forfait, qui passe donc de 20 à 25 euros par mois. Ces offres ne sont pas rentables, constate Diego Massidda, le nouveau PDG de Tiscali France qui a pris ses fonctions en octobre.

Le fournisseur d’accès Internet risque de rencontrer des difficultés pour développer sa part de marchés s’il se contente des seules zones dégroupées. D’autant plus que l’environnement concurrentiel sur le marché de l’accès Internet haut débit en France devient plus rude : AOL France et Club Internet ont confirmé leur intention de poursuivre leur développement sur le marché hexagonal en s’appuyant sur leurs maison mères respectives (Time Warner et T-Online en l’occurence).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur