e-Book : Hachette Livre tend la main à Google Livres

Cloud

Hachette (groupe Lagardère) et le groupe Internet ont ébauché un accord pour numériser et vendre des “oeuvres épuisées” de la maison d’édition via Google Livres et bientôt Google Editions.

Google Books a trouvé un allié de poids : Hachette Livre, le premier éditeur français et le deuxième au niveau mondial.

Propriété du groupe Lagardère, Hachette Livre a accepté de signer avec Google un protocole d’accord-cadre pour numériser une partie de son catalogue.

En fait, il s’agit d’oeuvres françaises qui ne sont plus commercialisées mais dont les droits sont contrôlés par la filiale du groupe Hachette (“oeuvres épuisées”). Ce qui représente une base de 40 000 à 50 000 livres (70% du fonds de Hachette Livre).

Les conditions d’exploitation numérique via Google Livres et Google Editions (future plate-forme pour vendre des-books) sont strictes pour Hachette Livre veut garder la main sur son catalogue.

Ainsi, l’éditeur assure qu’il exercera un contrôle de la numérisation des oeuvres (choix des titres et possibilité de retraits) et sur les tarifs fixés en vue d’une commercialisation.

L’exploitation commerciale pourra prendre diverses formes : livres électronique (que les libraires pourront intégrer dans leurs propres offres commerciales), impression à la demande…

Hachette Livre a obtenu de Google un partage des revenus incluant les auteurs mais on n’en saure pas plus sur la répartition des commissions.

Désormais, Google Livres et Hachette Livre se donnent un délai de six mois pour boucler un contrat définitif. Ils invitent les autres éditeurs français à s’aligner sur le même protocole d’accord.

La portée de l’annonce demeure symbolique car Hachette Livre protège son business en excluant les livres qui font l’objet d’une commercialisation dans l’Hexagone.

Mais le business s’accélère : aux Etats-Unis, la branche locale de Hachette Livre a signé un accord commercial avec Google Editions.

Son lancement est toujours prévu officiellement courant 2010 mais le projet connaît un certain retard à l’allumage.

Pour Google qui a du mal à se faire entendre par les principales maisons d’édition françaises, cet accord avec Hachette représente une opportunité à saisir pour soigner son image.

Depuis son démarrage en 2004, Google Livres a procédé à la “numérisation sauvage” de 12 millions de livres sans obtenir le consentement explicite des ayants droit.

Aux Etats-Unis, Google a fait des concessions aux éditeurs à travers un accord que le ministère de la Justice (DoJ) n’aurait toujours pas validé.

En France, les relations sont aussi tendues. En décembre 2009, Google Books a été condamné en première instance à une forte amende (300 000 euros) pour contrefaçon du “droit d’auteur à la française”.

Cette sanction lui a été infligée à la suite d’une plainte déposée par Editions de la Martinière (rejointes par le Syndicat national de l’édition et la Société des gens des lettres). Depuis, le groupe Internet a fait appel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur