e-carte SIM : un projet « d’architecture commune » pour une carte SIM universelle

Gestion réseauxMobilitéOpérateursRéseauxSmartphonesTablettes
e-carte-SIM-projet-architecture-commune-carte-SIM-universelle
8 2

Via la GSMA, Apple, Samsung et des opérateurs mobiles (comme Orange) s’attellent à un projet « d’architecture commune » pour une carte SIM universelle. Pour quels enjeux ?

C’est un projet important à suivre dans la téléphonie mobile : la conception d’une « e-carte SIM« .

Apple, Samsung et de plusieurs opérateurs membres de l’association internationale GSMA (comme Vodafone, AT & T, Orange et Deutsche Telekom) s’attelle à ce projet.

Le Financial Times évoque des « discussions avancées » à ce propos.

Interrogée par le FT, Anne Bouverot, Directrice générale de la GSMA en fin de mandat, évoque que toutes les parties évoquent un accord pour une « architecture commune » relative à la carte SIM universelle pour les terminaux électroniques grand public qui pourrait émerger d’ici 2016.

De quoi animer la prochaine session du Mobile World Congress de Barcelone…

Principal avantage côté consommateur : il sera inutile de changer de carte SIM quand on change d’opérateur mobile.

Pour les acteurs de la chaîne télécoms, ce projet aurait des implications à plusieurs titres : économique, technologique et environnemental.

Tout d’abord, la « carte universelle SIM » serait distribuée non seulement par les opérateurs mobiles mais aussi directement par les fabricants de téléphones.

Ce qui potentiellement peut changer la donne en termes de chaîne de valeur dans la relation clients associée à la mobilité…On voit bien à quel point les opérateurs sont cernés dans l’écosystème…

Dans une récente interview accordée aux Echos, Anne Bouverot considérait que l’un des principaux chantiers des opérateurs, c’est celui de « l’accès au mobile.

« Aujourd’hui, il y a 7,5 milliards de cartes SIM dans le monde, mais seulement 3,7 milliards d’utilisateurs de mobiles« , évaluait-elle.

Carte SIM : le trublion Apple

Alors qui va prendre la main sur « l’e-carte SIM » dans le business télécoms ? Le virage pourrait profiter aux fabricants de terminaux au détriment des opérateurs…

Dès 2010, on prêtait ce genre d’intention à Apple qui cherchait à s’affranchir de la tutelle des opérateurs pour commercialiser ses modèles iPhone.

A l’époque, cette perspective avait suscité du grabuge chez Gemalto qui avait dû reculer. Cette semaine, le fabricant de cartes à puce a été malmené en Bourse à cause des révélations liées ce projet « e-carte SIM ».

Néanmoins, la GSMA assure que le projet « e-carte SIM » n’a pas vocation à remplacer la carte SIM d’Apple escomptée pour les prochaines générations de terminaux iOS.

« Les discussions continuent pour s’assurer qu’Apple soutient cette initiative e-carte SIM« , précise le club mondial des opérateurs mobiles.

Les mouvements récents rappellent aussi un précédent épisode sur la standardisation du format de la carte SIM.

Silicon.fr rappelle qu’en 2012, l’Institut européen des normes de télécommunication (ETSI) avait validé le principe d’une carte nano-SIM (« 4FF ») en retenant les spécifications proposées par la firme de Cupertino.

Celle-ci est désormais disponible pour les générations de smartphones iPhone 5 et iPhone 6.

Apple SIM : une autre tentative par l’iPad

Une autre initiative d’Apple a marqué les esprits en lien avec l’iPad cette fois-ci.

Les modèles de tablettes iPad Air 2 et iPad mini 3 (Wi-Fi + support réseaux mobiles des opérateurs) sont dotés d’une carte SIM Apple.

Un cercle restreint d’opérateurs a accepté d’emblée de proposer des forfaits associés à son exploitation : AT&T, Sprint, T-Mobile (pour les Etats-Unis) et Everything Everywhere (EE qui passe chez BT) pour le Royaume-Uni.

Avantage du dispositif en cas de déplacement à l’étranger : on trouve le meilleur plan pour éviter la surfacturation liée au roaming (itinérance) et on évite de changer de cartes SIM sur place.

« Une fois arrivé à destination, lorsque vous voudrez consulter vos e‑mails, trouver une adresse ou envoyer un message à vos proches, il vous suffira alors de souscrire un forfait de données cellulaires pour la durée de votre séjour, que ce soit pour une journée, une semaine ou un mois », précise Apple.

Des forfaits de données cellulaires compatibles Apple SIM auprès d’une sélection d’opérateurs sont disponibles dans plus de 90 pays et territoires.

Depuis la fin du mois du juin 2015, l’opérateur américain GigSky joue à fond cette synergie Apple SIM : il cible les voyageurs à l’international.

A travers un communiqué diffusé à cette occasion, on apprend que l’Apple SIM sera disponible en achat à  l’unité dans les réseaux Apple Store dans 10 pays supplémentaires dans le courant de l’été. L’extension concerne la France…

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : Andrey_Popov)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur