e-Commerce : Twitter ajoute CardSpring à son panier

Régulations
twitter-cardspring

Twitter a racheté l’Américain CardSpring et sa plate-forme cloud destinée à connecter les applications Web et mobiles aux cartes de paiement électronique.

Les hashtags (#) pour faire son shopping sur Amazon, les tweets pour payer en ligne avec American Express*, les mentions (@) pour offrir des cartes-cadeaux chez Starbucks : Twitter multiplie les initiatives pour avancer ses pions dans le commerce électronique.

Au-delà des partenariats stratégiques, le réseau social explore des pistes de croissance externe. Illustration avec le rachat – tout juste annoncé – de l’Américain CardSpring. Fondé en 2011 par des anciens de Netscape, ce spécialiste du paiement électronique est implanté à San Francisco, où ses équipes ont développé une plate-forme cloud destinée à connecter les applications Web et mobiles aux cartes de crédit/débit émises par Visa, MasterCard, Discover ou encore American Express.

Utilisée aussi bien par des entreprises du secteur de l’édition, de la finance et de la distribution, cette solution permet de déclencher des événements particuliers lorsqu’un client réalise un paiement, que ce soit par carte, NFC ou même commande vocale. Il est possible d’éditer automatiquement un reçu et éventuellement des bons de réduction, de reverser des points sur une carte de fidélité, de faire des recommandations d’achats en temps réel, de publier des informations sur un réseau social, de déposer du cashback sur un compte en banque…

Dans tous les cas, c’est l’utilisateur qui a la main sur les permissions accordées à chacun des applications. De son côté, CardSpring prélève une commission sur chaque transaction. Non dévoilé, le montant “dépend des partenaires” (il peut être fixe ou variable). La société dirigée par Eckart Walther – ce dernier est passé par Yahoo, Accel Partners et LiveOps – s’était distinguée il y a deux ans en nouant un partenariat avec l’intermédiaire de paiement First Data, adopté par près de 5 millions de marchands aux Etats-Unis. Plus récemment, elle s’est associée à VeriFone pour intégrer sa plate-forme dans des terminaux de paiement en points de vente.

Parmi les investisseurs de CardSpring figurent Jeff Weiner (CEO de LinkedIn ; ancien de Yahoo), Jeff Hammerbacher (Cloudera ; ex-Facebook), Brad Silverberg (ancien de Microsoft qui a travaillé sur Internet Explorer, Office et MS-DOS) ou encore Bill Campbell (qui fut CEO d’Intuit). Son premier tour de table remonte janvier 2012, avec 10 millions de dollars levés auprès d’Accel Partners, SV Angel et Greylock Partners (source CrunchBase).

Twitter s’offre là l’occasion de dynamiser son écosystème e-commerce, en lien avec les fonctionnalités déjà implémentées dans son flux de tweets. Les technologies de CardSpring pourraient par exemple permettre de reconnaître le numéro de carte des internautes qui achètent via des tweets promotionnels… Et ainsi de leur faire automatiquement bénéficier d’avantages commerciaux.

* Le partenariat avec American Express permet aux twittos d’acquérir et de régler un bien ou un service en publiant, sur leur fil d’actualités, un mot-clé distinctif défini par l’enseigne commerçante. Dans le cas de Starbucks, il s’agit d’envoyer à des “followers” une carte-cadeau de 5 dollars à utiliser dans la chaîne de coffee shops (fonctionnalité encore en bêta).

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous de Twitter ?

Crédit photo : mtkang – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur