e-CRM : Eptica vise le marché britannique

Cloud

L’éditeur français de logiciels de gestion de la relation client lève deux millions d’euros pour soutenir son expansion à l’international.

Après s’être concentré sur le développement de ses activités en France, Eptica cherche des opportunités à l’international. La société française, spécialiséee dans l’édition de logiciels de gestion de la relation client, veut installer un bureau au Royaume-Uni. Ce relais servira dans un premier temps à accompagner ses clients grand compte sur le marché britannique.

Pour financer ce développement, Eptica s’est tourné vers les investisseurs. Dans le cadre d’un troisième tour de table, la société a levé 2 millions d’euros auprès de Xange Capital, une société de capital-risque soutenue par le groupe La Poste. En juillet 2003, elle avait procédé à un tour de table d’un montant similaire avec son premier actionnaire historique, Crédit Agricole Private Equity (ex-Credit Lyonnais Private Equity). Désormais, les investisseurs financiers disposent de la majorité du capital d’Eptica (environ 65%), le reste étant dans les mains des cofondateurs (Olivier Njamfa et Thierry Gandilhon).

PPR et Club Internet dans son portefeuille clients

En termes de déploiment de solutions, les fers de lance d’Eptica s’appellent Eptica Enterprise Suite et Eptica eMail Management, cette dernière étant utilisée essentiellement pour la gestion des e-mails entrants. La société compte une soixantaine de clients et pas des moindres. Par exemple, en septembre 2004, Club-Internet/T-Online France a adopté Eptica eMail Management. Le service d’accès Internet doit gérer quotidiennement un flux moyen d’e-mails entrants de l’ordre de 3 500. Pour le cas de Fnac.com, Eptica avance le chiffre de 1 500 e-mails clients à gérer par jour. L’exploitation des produits déclinés en plusieurs langues n’est pas négligeable non plus : ainsi, le réseau de sites de rencontres Meetic.com a adopté une version du produit Eptica eMail Management en sept langues.

La collaboration avec PPR ne s’arrête pas au site marchand de l’enseigne de ventes de produits culturels. En juin, Eptica a signé un accord cadre avec le groupe français pour élargir l’accord à certaines de ses filiales et enseignes (La Redoute, Fnac.com, Vertbaudet, Daxon, Somewhere?).

Le Java fait la différence

“Nous disposons d’un socle technologique très fort car nous explorons le Java depuis sept ans”, explique Olivier Njamfa, PDG d’Eptica. Historiquement, la société a été créée en 2001 à partir d’une opération d’essaimage menée par le groupe EADS. La société ne communique pas sur ses résultats financiers. “Nous sommes proches de la rentabilité en ce qui concerne nos activités en France”, précise simplement Olivier Njamfa.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur