E-ink dévoile son écran à base ‘d’encre électronique’

Mobilité

Une puce blanche qui se promène, en fonction de la stimulation électrique, dans une capsule remplie d’un substrat noir. Telle est la technologie d’encre dite “électronique” révélée, après près de cinq ans de recherche, par la société E-ink. Faible consommation électrique et épaisseur infiniment réduite constituent les avantages principaux de cette technologie destinée aux téléphones mobiles et PDA.

Après plus de quatre années de recherches, la start-up E-Ink a présenté, le 6 juin dernier, sa technologie d’encre “électronique” dédiée aux écrans plats. Destinée aux marchés des PDA et téléphones mobiles, cette technologie repose sur des micro capsules insérées entre une feuille d’acier et un film plastique transparent. La micro capsule contient une puce blanche qui “flotte” dans un substrat noir. Une charge électrique permet d’activer la puce blanche pour ainsi de générer textes et graphiques sur une surface plus ou moins grande.

Selon les dirigeants de la société de Cambridge, cette technologie d’encre électronique permet de concevoir des écrans de 0,3 mm d’épaisseur contre 2 mm pour les LCD. D’autre part, les écrans E-ink ne nécessitent pas de rétro éclairage. Enfin, une fois formés sur l’écran, dessins et textes ne nécessitent aucune énergie pour rester affichés. Autant d’avantages qui offrent une consommation d’énergie optimisée par rapport aux gourmands écrans LCD. Reste que les écrans E-ink se limitent pour l’instant au noir et blanc.

E-ink a présenté deux prototypes. Un écran d’1,6 pouce avec une résolution de 100 x  80 pixels (80 ppp) destiné aux téléphones mobiles. L’autre, de 3 pouces, pour les PDA, offre 240 x 160 pixels à 96 ppp. Les dirigeants visent l’intégration de leurs produits dans le commerce pour 2004-2005.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur