E-mails payants : AOL fait quelques concessions

Mobilité

Le FAI propose aux associations de profiter gratuitement de son nouveau service d’envoi garanti d’e-mails.

AOL s’est engagé à laisser les e-mails envoyés par des organisations à but non lucratif reconnues passer outre ses filtres antispam. Le fournisseurs de services américain s’est retrouvé sous le feu des critiques le mois dernier après avoir annoncé son intention de proposer aux annonceurs une offre commerciale d’envoi d’e-mails en masse, bénéficiant d’un traitement antispam particulier, via son système Goodmail Certified Email(voir édition du 6 février 2006). Tandis que les envois des sociétés clientes seraient garantis moyennant 3 à 4 dollars pour 1 000 e-mails, les messages envoyés par les autres utilisateurs seraient passés au crible des filtres antispam d’AOL, au risque d’être identifiés, par erreur, comme des courriers indésirables. Un geste envers les associations Un groupe composé de plus de 50 organisations à but non lucratif s’est constitué pour protester contre ce projet qui, selon elles, créerait un Internet à deux vitesses dans lequel des entreprises feraient l’objet d’un traitement de faveur vis-à-vis de celles ne disposant pas de moyens financiers suffisants. Près de 27 000 particuliers ont d’ores et déjà signé une pétition en ligne sur le site Web du groupe, DearAOL.com. Aujourd’hui, AOL tente donc d’apaiser le débat en proposant aux associations à but non lucratif d’accéder gratuitement à son système. “Nous voulons nous assurer que ces organisations, pour lesquelles une communication rapide avec les membres est primordiale, profitent de tous les avantages de ce puissant système” , a déclaré Charles Stiles, porte-parole d’AOL. “Nous garantissons aujourd’hui que tout organisme à but non lucratif certifié disposera des même avantages que les sociétés ayant opté pour le système Goodmail Certified Email.” La tentation d’un filtrage trop strict Danny O’Brien, coordinateur à l’Electronic Frontier Foundation et supporteur du site DealAOL.com, a indiqué à VNUnet.com que la décision d’AOL était un pas dans la bonne direction mais ne résolvait pas tous les problèmes. Malgré ces adaptations, prévient l’activiste, certaines organisations à but non lucratif officielles restent exclues de ce système, lequel risquerait de plus d’inciter AOL à durcir ses critères de filtrage du spam afin de favoriser les ventes de son service de garantie de livraison des e-mails. “Notre principale préoccupation est que cela ne résout pas le principal problème, c’est-à-dire les effets pervers du programme Goodmail”, explique Danny O’Brien dans un e-mail à VNUnet.com, ajoutant qu’il souhaiterait poursuivre cette conversation avec AOL. (Traduction d’un article de VNUnet.com en date du 6 mars 2006)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur