e-Paiement : Square Cash étend sa cible aux entreprises

E-paiementMarketing
square-cash

Jusqu’alors officiellement réservé aux particuliers, le système de transfert d’argent Square Cash s’ouvre aux entreprises, avec le système des “Cashtags”.

Twitter a ses hashtags ; Square, ses Cashtags.

Ces pseudonymes précédés du symbole « $ » permettent désormais d’identifier les utilisateurs du service Square Cash, lancé en octobre 2013 par la start-up américaine… et qui s’ouvre aujourd’hui aux entreprises dans le cadre d’une refonte fonctionnelle.

Jusqu’alors, l’outil permettait le transfert d’argent entre particuliers, par SMS ou par e-mail. Le tout gratuitement, sans intermédiaire de type PayPal. Le volume de transactions traité au cours des 12 derniers mois dépasserait le milliard de dollars.

L’ajout des Cashtags introduit une dimension d’anonymisation : cet identifiant suffit à recevoir des paiements, de façon illimitée pour les entreprises et jusqu’à 2500 dollars par semaine pour les particuliers. Lesquels devront, pour pouvoir dépasser ce plafond, communiquer plusieurs informations dont leur nom, leur date de naissance et les quatre derniers chiffres de leur numéro de Sécurité sociale.

La vidéo de présentation de Square Cash – à visionner ci-dessous – laisse suggérer que les professions indépendantes, les artistes, les petits commerces et les personnalités du Web sont les premières cibles de cette offre qui concerne également les associations à but non lucratif. La fondation Wikimedia dispose effectivement de son Cashtag ($wikipedia), à l’instar de la Khan Academy (cours en ligne) ou encore de RED (soutien à la recherche contre le sida).

A l’heure actuelle, il existe deux solutions pour effectuer un paiement : passer par l’application mobile (Android, iOS) ou se rendre sur le site Internet cash.me. Une commission fixe s’applique aux entreprises, à hauteur de 1,5 % par transaction ; à comparer aux 2,4 % minimum (+ 30 centimes) chez PayPal ou tout simplement aux 2,75 % prélevés par Square avec son système d’encaissement pour terminaux mobiles.

TechCrunch, qui s’est entretenu avec les équipes de Square*, précise que la sécurité des transactions est assurée par un chiffrement “de bout en bout” sur 128 bits doublé d’une protection par mot de passe. Les fonds sont reversés “en quelques secondes” sur le compte bancaire.

Square Cash ne fonctionne toutefois qu’avec des cartes de débit Visa ou MasterCard : les cartes de crédit ne sont pas prises en charge pour éviter les frais indésirables. Le service est par ailleurs restreint aux résidents américains de 18 ans et plus : impossible de l’exploiter à l’étranger, comme spécifié dans la documentation officielle.

On notera que la technologie Square Cash propulse également la solution de transfert d’argent disponible depuis fin 2014 sur l’application de messagerie instantanée Snapchat. Facebook s’y est mis lui aussi, là encore uniquement aux Etats-Unis.

* Cofondé en 2009 par Jack Dorsey (l’un des créateurs de Twitter), Square est valorisé à 6 milliards de dollars après sa dernière levée de fonds (150 millions en octobre 2014). Mais la jeune pousse souffre de l’arrivée de plusieurs acteurs de taille sur le segment du paiement mobile. Elle aurait accumulé, en 2013, des pertes financières avoisinant les 100 millions de dollars.

Crédit photo : Sinisa Botas – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur