e-Tourisme : Voyages-SNCF.com s’auto-proclame “hub de destination” de référence

Marketing

Le portail transactionnel de la SNCF affiche un volume d’affaires en hausse de 16% sur 2011. Avec plusieurs axes : nouveaux usages, social commerce et la personnalisation du portail.

Avec plusieurs axes : nouveaux usages, social commerce et la personnalisation du portail.

La branche VSC du groupe SNCF, qui exploite le site transactionnel Voyages-SNCF.com, vient de présenter ses résultats sur 2011 : son volume d’affaires global s’élève à 3,2 milliards d’euros, en progression de 16% par rapport à 2010.

“Nous pesons 8% du commerce électronique en France”, a déclaré Yves Tyrode, Directeur général de la filiale SNCF depuis janvier 2011.

“Nous voulons être le hub de destination pour les Français et les touristes qui viennent en France.”

En termes de volumétrie, cela représente 60 millions de billets de trains écoulés en 2011 (54 millions en 2010).

Ce qui correspond à 30% de l’ensemble des billets vendus par les différents canaux de vente SNCF (“On a changé cette année de périmètre en prenant l’intégrale des activités SNCF”, précise notre interlocuteur).

Sachant que l’offre s’est élargie à l’ensemble des trains au-delà du TGV et au-delà des frontières (avec des accords Eurostar, Thalys ou Lyria).

Justement, la croissance des activités passent par l’internationalisation (Belgique, Suisse, Allemagne, Espagne). Ainsi, le volume d’affaires du portail de référence en la matière (TGV-europe.com) a progressé de 24% (88 millions d’euros en 2011).

Voyages-SNCF.com constitue un portail incontournable en France pour le voyage et le tourisme (billets de trains, avions, séjours, spectacles), affichant une audience de 13 millions de visiteurs uniques par mois.

Sur le volet agences de voyages, il recense 180 compagnies aériennes, 108 000 hôtels référencés, 10 loueurs de voitures…“La composante du voyage est importante pour nous : on a pas mal affiné la stratégie depuis un an.”

Compliqué le business en raison de la concurrence rude.

“Pour la première fois depuis quatre ans, nous avons stabilisé notre volume d’affaires via les offres camping, des offres packagées et la location de voitures”, poursuit Yves Tyrode.

“On a pas mal souffert sur la partie séjours et vols. On s’est refocalisé sur notre core de business : destination France.”

(Lire la fin de l’article page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur