E3 : le retour des consoles

Mobilité

A l’occasion de l’E3 (Electronic Entertainment Expo), le plus gros salon de jeux vidéo du monde, on assiste à un retour en force des consoles au détriment des produits PC. Si Sony se taille la part du lion avec sa Playstation 2 (qui sera lancée en Europe le 26 octobre), Sega, Nintendo et Microsoft ne sont pas en reste.

Aujourd’hui s’ouvre à Los Angeles la plus grande manifestation professionnelle concernant le jeu vidéo : l’E3. Ce salon est traditionnellement l’occasion de voir les projets en développement et de faire le point sur les nouveaux matériels à venir. Ce salon permet aussi de mesurer les poids respectifs des ordinateurs et des consoles sur le marché ludique. Sur ce point, la situation est on ne peut plus claire cette année avec un grand retour en force des fabricants de console. En effet, la bonne marche des consoles de nouvelles générations (5 millions de Dreamcast et 1,8 millions de Playstation 2 vendues en un an à peine) et le flou concernant le monde PC grand public (Linux ou Windows, PC ou terminaux Internet) incitent les éditeurs à se reporter sur les développements pour consoles, des investissements que les éditeurs sont quasiment sûrs de récupérer.

Premier à ouvrir les hostilités avant même le début de la manifestation, Sony qui a annoncé le lancement de la PS2 aux Etats Unis et en Europe pour le 26 octobre de cette année. Vendu 299 dollars avec une manette (un peu plus de 2 000 francs HT), elle ne serait pas équipée de modem en série mais l’option serait disponible peu après son lancement. De même, une trappe à disque dur a été ajoutée pour glisser un périphérique de stockage optionnel. Le logiciel de lecture de DVD sera intégré dans la machine et ne sera plus sur une carte mémoire dédiée, une option qui avait fait couler beaucoup d’encre (voir édition du 31 mars 2000). Quant aux prix des jeux, ils devraient s’établir autour de 49 dollars (350 francs HT).

De son coté, Sega présente les dernières possibilités offertes par sa machine : la transmission de la voix. Bientôt avec sa Dreamcast, on pourra parler à ses adversaires dans des titres multijoueurs mais aussi téléphoner à un autre possesseur de Dreamcast via le protocole IP. La technologie fonctionne mais Sega n’en est qu’à la phase de mise en place de ce réseau virtuel, via l’opérateur téléphonique InnoMedia. Cette société veut adapter sa technologie au monde PC, car elle prétend avoir le meilleur outil de téléphonie IP du marché. Ce qui ne veut pas dire que la qualité soit parfaite pour autant.

Autre compétiteur auquel il va falloir s’intéresser dans les mois qui viennent : Microsoft. Le géant de Redmond est persuadé de l’importance des consoles dans le futur marché des appareils domestiques communicants et souhaite ramasser une (grosse) partie du gâteau avec sa X-Box. Microsoft est donc venu à l’E3 avec un petit théâtre situé aux portes du salon et qui présentera des films de démonstration des “possibilités de la console”. Bizarre, pour un produit dont les spécifications techniques n’ont pas été précisées par Microsoft et qui, par définition, est appelé à évoluer durant l’année et demi qui s’écoulera avant sa sortie. En bref, outre faire parler de lui pour occuper le terrain (mais Sony l’a beaucoup mieux fait que lui), Microsoft devrait présenter des images de démonstration du constructeur de produits graphiques nVidia.

Enfin, Nintendo devrait présenter de nombreux titres pour son modèle 64 bits, mais aussi, en coulisse, les développements en cours sur la Dolphin. Prévue pour le début de l’année 2001, la Dolphin reste encore très secrète et Nintendo ne souhaite pas communiquer à outrance en avance. Ce qui fait dire à nombre de nos confrères américains que le géant japonais serait mal en point. Des analyses très partiales, Bill Gates n’ayant pas que des ennemis, qui font fi de deux points essentiels chez Nintendo. D’une part, le culte du secret de cette société qui conserve toujours tous ses développements en interne. D’autre part, l’expérience du japonais en matière de lancement de produit et de positionnement. Il ne faut pas oublier que Nintendo fut le seul fabricant à sortir une console 64 bits avec succès et ce, malgré les dénigrements de la presse américaine à l’époque. Paradoxalement, c’est même aux Etats Unis que ce modèle a connu le plus de succès.

Pour en savoir plus : Le site de l’E3


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur