EAP-SIM : Free Mobile tire profit de FreeWifi en guise d’alternative 3G

Marketing

L’EAP-SIM est la nouvelle coqueluche de Free Mobile. Ce système d’authentification centralisée permet de basculer automatiquement de la 3G au réseau FreeWiFi Secure.

Free Mobile a-t-il trouvé LE moyen d’étendre l’Internet sans fil à moindre frais ?

Barbare acronyme composé, l’EAP-SIM est le nouveau cheval de bataille du nouvel opérateur mobile.

Ce système d’authentification permet à un terminal mobile d’interrompre automatiquement sa connexion en 3G pour se connecter au réseau sans fil communautaire FreeWiFi lorsqu’un point d’accès est détecté à proximité.

Le tout sans intervention de la part de l’utilisateur, grâce aux informations contenues dans la carte SIM et véhiculées sur les ondes GSM.

L’allocation consécutive d’une IP unique s’effectue sur un principe plus sécurisé que celui actuellement en vigueur sur les Freebox.

Certains internautes connectés au Wi-Fi public se voyaient octroyer la même adresse que le propriétaire de la box, a fortiori souscripteur de la ligne.

De sa dénomination “Extensible Authentification Protocol”, l’EAP-SIM, méthode centralisée, permet d’accéder à l’ensemble des services de l’opérateur (télévision, voix sur IP, etc.) sans avoir à renseigner à répétition des données personnelles.

Telle que présentée, la démarche est louable et s’avère bénéfique pour les deux parties : une consommation data revue à la baisse chez les mobinautes (malgré cette limite haute à 3 Go en “fair use”) et des réseaux 3G moins saturés côté Free Mobile.

Pour autant, en pratique, tous les terminaux mobiles ne sont pas sur un pied d’égalité, la faute à des systèmes d’exploitation récalcitrants.

Moyennant le déploiement d’une mise à jour dédiée, les boîtiers Freebox consommeront quant à eux la transition sans heurts. Il n’en sera pas de même pour les smartphones et les tablettes.

Au même titre que les BlackBerry équipés de la dernière version de leur OS attitré, les modèles 4 et 4S de l’iPhone, articulés autour d’iOS 5, prennent en charge l’EAP-SIM.

Les précédentes moutures de l’OS d’Apple nécessitent un paramétrage manuel.

Aux antipodes, Android n’intègre, en standard, aucun support de la technologie en question.

Il incombe à chaque fabricant de procéder aux ajustement nécessaires. Et à la communauté de faire pression, à l’appui de multiples pétitions et appels aux développeurs.

Les opérateurs peuvent toutefois prendre le relais, ce qui explique que les seuls téléphones Android actuellement compatibles sont ceux commercialisés… sur la boutique en ligne de Free Mobile.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur