Ebury lève 83 millions de dollars : effervescence dans la FinTech européenne

E-commerceE-paiementEntrepriseLevées de fondsMarketingStart-up
ebury-levee-fonds
3 86

Nouvelle levée de fonds dans la FinTech avec le Britannique Ebury, qui propose aux PME des services destinés à favoriser le commerce international.

Ebury rejoint le cercle des entreprises FinTech européennes ayant levé plus de 100 millions de dollars*.

La PME britannique fondée en 2009 réalise un tour de table sans précédent : 83 millions de dollars.

L’opération a réuni deux fonds de capital-investissement. D’un côté, Vitruvian Partners, qui fait son entrée au capital. De l’autre, 83North, anciennement rattaché à Greylock Partners, et qui remet au pot après avoir injecté 18 millions de dollars l’année dernière.

Ebury, qui revendique aujourd’hui 300 employés dans quatre pays, compte exploiter cet apport financier pour étendre son activité à l’international, avec un focus sur les États-Unis, puis l’Europe en 2016.

À l’heure actuelle, le business est opérationnel sur trois des marchés d’implantation de la PME : le Royaume-Uni, l’Espagne et les Pays-Bas.

Cofondateur et codirigeant d’Ebury, Salvador Garcia Andres est un ancien trader qui a travaillé pour le compte d’ABN Amro, Rabobank ou encore Vega Capital. Il considère que l’expérience a été concluante et qu’il « est temps de l’étendre, [alors que] le système financier traditionnel n’a pas su rester en phase avec les besoins des entreprises de taille moyenne ».

Même ambition pour son associé Juan Manuel Fernández Lobato, ancien de Telefónica et ex-dirigeant de Beam.tv (plate-forme de distribution de contenus multimédias).

Ebury entend se différencier auprès des PME en leur apportant des services financiers que les banques ne fournissent généralement qu’aux grandes entreprises.

Adoptés par « plus de 10 000 clients », les services BtoB en question doivent favoriser le commerce international ; d’où ce slogan « Quelles frontières ? ». Mais les sociétés d’import-export ne sont pas les seules concernées : les ONG le sont aussi, avec des prestations et des conseillers dédiés.

Outre la gestion des paiements et le transfert de fonds, notamment entre filiales, Ebury propose de la couverture de devises, destinée à protéger les PME contre les fluctuations monétaires.

Parmi les autres entreprises FinTech européennes ayant levé plus de 100 millions de dollars, on citera WorldRemit (transfert de fonds ; tour de table de 100 millions de dollars en février), Ayden (gestionnaire de paiements ; valorisé à plus de 2 milliards de dollars) et Funding Circle (prêts entre particuliers ; 150 millions de dollars levés en avril, comme le note le Financial Times).

* Selon une étude Accenture, l’investissement global dans le secteur de la FinTech a dépassé les 12 milliards de dollars en 2014, contre un peu plus de 4 milliards en 2003.

Crédit photo : Denys Prykhodov – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur