Ecrans LCD : Qualcomm à la rescousse de Sharp

Régulations
Sharp Qualcomm écrans LCD smartphones

Sharp noue un accord à teneur technologique et capitalistique avec Qualcomm. Les deux parties vont collaborer dans la fabrication d’écrans LCD pour smartphones.

Embarqué dans la tourmente de l’électronique grand public japonaise, Sharp appuie son redressement au moyen d’un partenariat double effet avec le fabricant américain de semi-conducteurs Qualcomm.

Dans le cadre de cette alliance technologique et capitalistique, les deux parties vont conjointement concevoir des écrans LCD destinés aux terminaux mobiles et plus particulièrement aux smartphones.

Sharp mettra à contribution son procédé de fabrication “maison”, combinant indium, gallium et zinc, pour réduire la consommation électrique de ces dalles à cristaux liquides.

Qualcomm entrera quant à lui dans le capital de son partenaire, initialement à hauteur de 5 milliards de yens (466 millions d’euros), soit 2,5% des parts.

Un apport supplémentaire, chiffré à 5 milliards de yens, est en suspens, comme le note Reuters. Le succès de l’entreprise conditionnera ce deuxième investissement.

Fort d’un tel soutien financier, Sharp réitère ses ambitions sur un marché du LCD qui constitue, historiquement, son segment de prédilection.

Le groupe japonais veut maintenir des perspectives à court terme. Témoin le partenariat récemment noué avec le compatriote Panasonic, sur le front des téléviseurs ultra-haute définition, avec comme perspective à court terme la définition 8k : 7680 x 4320 points, soit 33 millions de pixels.

Entre ventes d’actifs, accords à haute teneur technologique et alliances de capitaux, Sharp explore toutes les pistes de relance, face à la montée en puissance de la concurrence taïwanaise, conjuguée à une baisse générale de la demande pour ses produits.

Mais les démarches impliqueront également un plan social. 11 000 postes seraient sur la sellette, avec notamment 3000 départs volontaires et en toile de fond, l’objectif d’économiser quelque 2 milliards d’euros d’ici mars 2013.

Sur son exercice budgétaire 2011-2012, Sharp a enregistré des pertes records, à 3,76 milliards d’euros en net.

Dans cette lignée, la direction a émis un avertissement sur les résultats de l’année fiscale 2012-2013 avec, a minima, un déficit de 450 milliards de yens (4,35 milliards d’euros).

Ce 3 décembre en fermeture de séance à New York, l’action Qualcomm concluait en léger recul de 0,39%, à 63,37 dollars.

Dynamique inverse pour le titre boursier de Sharp, en forte hausse de 5,83%, à 2,18 dollars.
_________
A voir aussi
Quiz ITespresso.fr : connaissez-vous bien les entreprises high-tech cotées en Bourse ?

Crédit photo : Istvan Csak – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur