Election USA : comment Internet transforme l’expérience “citoyen”

Mobilité

Une étude du Pew Research Center montre l’engouement des internautes pour suivre la campagne présidentielle. Malgré des dérives.

L’utilisation d’Internet en politique n’a jamais été aussi élevée. Depuis 2007, 46% des Américains sont allés sur le Web pour s’informer ou partager des informations sur la campagne présidentielle, selon la dernière étude du think tank américain Pew Research Center.

Le candidat démocrate Barack Obama bénéficie d’un clair avantage sur le Net. Au printemps, 17% de la population adulte américaine se rendait sur Internet quotidiennement pour s’informer sur la campagne, un chiffre deux fois supérieur à celui enregistré lors de l’élection de 2004.

L’étude, qui a sondé les comportements de plus de 2200 personnes, conclut également que les jeunes électeurs sont les plus actifs sur le Net, et que la majorité de cet électorat penche pour Barack Obama.

Parmi les activités des électeurs recensées sur Internet, s’informer arrive en premier, puis vient l’activisme en ligne, comme participer à des débats, et enfin une minorité utilise le téléphone mobile pour se tenir au courant de la campagne.

Succès des vidéos

L’étude souligne l’importance des réseaux sociaux auprès des jeunes électeurs. Deux tiers de la population âgée de moins de 30 ans est inscrite sur un réseau social comme MySpace ou Facebook, et la moitié d’entre eux rapportent se servir de ces sites pour s’informer en politique.

Autre conclusion du rapport : le succès des vidéos en ligne. YouTube est le grand vainqueur de ces évolutions d’usage sur le Web : 35% des Américains regardent ou ont regardé des vidéos politiques en ligne. Un chiffre trois fois supérieur à celui observé en 2004.

Enfin, Internet a énormément facilité la collecte d’argent pour les candidats en 2008. 6% des Américains ont contribué à une campagne en ligne, c’est trois fois plus que lors des précédentes présidentielles.

Phénomène marquant, un certain nombre d’internautes considère le Web comme un moyen de mieux s’informer, et de court-circuiter les médias traditionnels. Ainsi, plus d’un Américain sur trois est allé sur Internet pour recueillir des documents primaires, comme des documents de campagne originaux, des vidéos de débats ou des discours retranscrits.

“Cette tendance montre la volonté de certains citoyens engagés d’aller au-delà du discours médiatique pour se forger leurs propres opinions”, explique l’auteur de l’étude Aaron Smith.

Malgré cet engouement, les internautes soulignent que la Toile peut aussi travestir le débat politique en mettant en avant les idées politiques des candidats extrémistes. Le Web est également source de désinformation, comme l’a constaté à ses dépens Barack Obama, victime d’une campagne de calomnie sur Internet.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur