Elements 2 : un Photoshop destiné aux amateurs exigeants

Mobilité

Interface conviviale, aide contextuelle, fonctionnalités puissantes… La version 2 de Photoshop Elements satisfera les amateurs de traitement d’image les plus exigeants pour un investissement relativement modeste en comparaison de son grand frère Photoshop, auquel il n’a pas grand-chose à envier si ce n’est la gestion de la quadrichromie.

Adobe annonce Photoshop Elements 2 (PSE2). Cette application de retouche d’image s’adresse aux amateurs qui n’ont pas les moyens (ni les besoins) d’investir plus de 1 000 euros dans Photoshop et dont l’exigence n’est pas satisfaite par PhotoDeluxe. A environ 113 euros, PSE2 s’inscrit en concurrence directe avec Paint Shop Pro de Jasc Software ou PhotoImpact de Ulead. Bref, PSE2 se veut aussi simple d’utilisation que puissant dans son traitement. A première vue, il possède quasiment toutes les caractéristiques de la version professionnelle Photoshop du même éditeur, le traitement du mode quadrichromique CMJN en moins. A la différence qu’une interface plus conviviale et un mode d’aide contextuelle facilitent grandement la tâche de l’utilisateur qui sait généralement ce qu’il veut faire mais ne sait pas toujours comment. Dans PSE2, l’aide contextuelle (“How to“) permet, pas à pas, d’exploiter aux mieux les fonctionnalités du logiciel. Et même d’en découvrir de nouvelles.

Côté nouveautés par rapport à la première version, PSE2 intègre un navigateur/prévisualiseur qui a offre l’avantage d’afficher les informations de prises de vue des photos numériques (exposition, sensibilité, résolution…) et autorise quelques traitements comme la rotation de l’image. Cela évite d’ouvrir le fichier pour se rendre compte de son contenu. Dans le même esprit d’optimisation du temps de l’utilisateur et de qualité de l’image, PSE2 dispose désormais d’une fenêtre de prévisualisation (“Quick fix”, en anglais) du résultat d’un traitement colorimétrique quelconque (contraste, lumière, couleurs, etc.). La prévisualisation permet de faire plusieurs essais tout en limitant l’inévitable perte de pixels générée à chaque traitement.

La barre d’outils fournit un nouvel élément : le Pinceau de sélection. Plus simple que le Lasso et moins contraignant que la Baguette magique, ce nouvel outil permet de délimiter une zone de l’image en “peignant” grossièrement sur celle-ci. Très pratique pour, notamment, appliquer un des nombreux filtres à effets sans entrer dans un détourage fastidieux. Signalons également que, bien qu’application réservée aux fichiers Bitmap, PSE2 gère les objets vectoriels et dispose de toutes une palette de symboles transformables à volonté, ce qui évitera d’avoir à les dessiner soi-même.

De nouvelles fonctions pour le Web

Signalons par ailleurs que la fonction d’exportation pour le Web s’enrichit d’options de création de Gif animés, de la création d’une galerie de photos pour le Web à partir de trois modèles, ainsi que de l’exportation en mode “projection diapo” au format PDF. La fonction de création de panoramique a été grandement améliorée à condition, toujours, que les photos à fusionner disposent de points communs. Enfin, un mode “planche contact” offre une vue d’ensemble tout en optimisant l’impression de lots d’images sur une feuille A4. PSE2 sera disponible en français à la rentrée pour Windows (toutes versions 32 bits confondues) et Mac OS 9.x et X.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur