Encyclopaedia Britannica rejoint la Toile

Cloud
Information - news

231 ans après sa création, la prestigieuse encyclopédie entre dans la société de l’information. Mardi 19 octobre, l’éditeur a annoncé que la totalité du contenu de ses 32 volumes serait gratuitement disponible sur Internet.

Difficile de vendre des imposants volumes de papier par téléphone à l’ère des réseaux multimédia. Encyclopaedia Britannica connaissait une chute vertigineuse de ses revenus depuis 1989 et avait progressivement abandonné la vente en porte à porte de son encyclopédie, dont les 32 volumes coûtent la bagatelle de 7500 francs. L’entreprise a pris le taureau par les cornes et lance un site présentant à la fois l’intégralité du contenu encyclopédique, mais aussi des dizaines de milliers de liens sélectionnés sur la Toile, des dépêches d’agence et des revues de presse. En d’autres termes, Britannica.com, la filiale qui détient les droits numériques, souhaite profiter de sa réputation pour s’imposer comme le Yahoo ! du savoir encyclopédique. Une pierre dans le jardin de Microsoft, dont l’encyclopédie Encarta avait relégué au second plan la version CD-Rom de la Britannica.

Présente depuis 1994 sur Internet, l’Encyclopaedia Britannica s’appuyait sur un système d’abonnement. Devant le faible succès de sa formule, Britannica.com a choisi d’ouvrir totalement son site et de miser sur les recettes publicitaires et sur le commerce électronique. Un pari risqué, alors que le modèle du contenu gratuit financé par des bannières n’a pas encore fait ses preuves. Reste que, depuis l’annonce de Britannica, le site a été littéralement pris d’assaut et ne répond plus. Un message sybillin sur le point d’entrée britannique annonce “que le serveur a été débranché, mais devrait revenir rapidement en ligne”. Un signe de bon augure ?

Pour en savoir plus : Encyclopaedia Britannica


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur