Un enseignant sur trois fait appel aux manuels scolaires numériques

Mobilité
numerique-ecole

Selon un sondage TNS Sofres, 36% des enseignants du secondaire utilisent des manuels numériques, contre 20% dans le primaire. Un chiffre encourageant, mais des barrières importantes restent encore à franchir.

L’association « Savoir Livre », qui regroupe six de principaux éditeurs de livres scolaires (Belin, Bordas, Hachette, Hatier, Magnard et Nathan), a rendu public une étude menée par TNS Sofres concernant l’adoption des e-livres scolaires. Ainsi, un enseignant sur trois (29%) fait aujourd’hui appel aux manuels numériques, soit un chiffre multiplié par trois en seulement trois ans.

Les professeurs sont 36% à utiliser ces vecteurs d’apprentissage  au collège et au lycée, mais ce taux n’atteint que 20% dans le primaire.

Ces manuels interactifs et personnalisables, consultés souvent sur tablette et PC, permettant notamment une individualisation des apprentissages.  Les usages sont essentiellement collectifs, c’est-à-dire utilisés en classe et en cours.

Ces livres scolaires numériques sont, pour le moment, surtout un « complément des manuels papier ».

Les enseignants en sciences (mathématiques-physique/chimie) sont les plus nombreux à faire appale dans leurs cours à des manuels numériques en classe (46%), suivis des professeurs d’histoire-géographie (38%) et des professeurs de lettres/français (24%).

Le manuel numérique devient peu à peu un outil précieux, qui «capte l’attention de toute la classe» et « stimule la curiosité des élèves et les motive».

Reste que la révolution numérique est loin d’être terminée. Des barrières existent encore dans nombre d’établissements, comme le manque d’équipements et de moyens financiers adaptés, les problèmes techniques ou encore le manque de formation des enseignants.

 

Quizz ITespresso.fr : Que savez-vous de l’école 42 ?

 

Crédit image : karelnoppe – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur