Entrée en bourse  : Google reste dans la salle d’attente

Cloud
0 0

Les autorités de régulation des marchés financiers n’ont pas donné le feu vert autorisant la cotation de Google. La fourchette de prix définitif de l’action Google a été revue à la baisse. Dans un dossier spécial, Vnunet.fr retrace son aventure avant son entrée en bourse face à des concurrents déterminés.

(Réactualisation de l’article, 18/08/04, 10:10) Google n’a pas reçu le feu vert des autorités de régulation des marchés boursiers aux Etats-Unis. Initialement, la société high tech californienne avait demandé que le grand saut boursier soit effectif mardi à 21h (heure française) pour une première cotation sur le Nasdaq dès mercredi 18 août (et non le 24 août comme précédemment indiqué). La procédure d’attribution de ses titres par voie d’enchères permettant de fixer le prix de l’action Google est arrivée à son terme.

Mais, faute d’autorisation émise par la Securities and Exchange Commission (l’équivalent de l’Autorité des marchés financiers en France), Google devra faire preuve de patience. Dans son édition de mardi, le New York Times estimait déjà que la cotation de Google ne pourrait intervenir que jeudi.

Prix de l’action revu à la baisse

A l’origine, le prix de l’action Google, que l’on pourra trouver sous le code « Goog » sur le Nasdaq, devait être situé dans une fourchette 108-135 dollars. Mercredi matin, cette tranche a été revue fortement à la baisse : 85-95 dollars. 25,7 millions de titres ont été émises au public. Au final, l’équivalent de 9  % du capital de la société exploitant le moteur de recherche phare devrait être mis en bourse.

Pour Google, cette étape est cruciale pour assurer son financement et développer ses activités à l’international. Parallèlement, les moteurs de recherche entrent dans une nouvelle ère  : l’introduction en bourse intervient alors que Microsoft affiche clairement ses ambitions de détrôner Google de son statut de numéro 1 dans les recherches sur Internet. Yahoo est également aux aguets et espère tirer profit de ses acquisitions dans ce domaine (Overture/Altavista, Inktomi, etc.). La guerre de mouvement ne fait que commencer?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur