e-Paiement : Ingenico vise un gros morceau avec Worldpay

E-paiementEntrepriseFusions-acquisitionsMarketing
paiement-electronique-ingenico-racheterait-worldpay
3 22

Pour peser plus lourd sur son coeur de business, Ingenico pourrait acquérir son homologue britannique Worldpay pour 8 milliards d’euros.

Ingenico, fournisseur de terminaux de paiement électronique d’origine française, serait prêt à investir l’équivalent de 8 milliards d’euros pour racheter son concurrent britannique Worldpay.

Mais les parties engagées refusent d’apporter des commentaires. Selon Les Echos, il existerait d’autres prétendants dont l’Allemand Wirecard.

Bien implantée sur les marchés anglo-saxons, Worldpay revendique des centaines de milliers de clients PME entre le Royaume-Uni et les USA.

Ex-filiale de la Royal Bank of Scotland, la firme londonienne a été rachetée en 2010 par les fonds Bain Capital et Advent International pour 2,6 miliards d’euros.

Si le rapprochement se confirme, ce serait la plus grosse acquisition jamais réalisée par Ingenico qui mulitplie les opérations de croissance externe : Ogone en 2013 (Belgique, 360 millions d’euros) puis GlobalCollect (Pays-Bas, 820 millions d’euros).

Ingenico tend à développer le volet des services liés au paiement après s’être concentré sur le hardware (terminaux de paiement). A tel point que les contributions des pôles dans le CA global devraient s’équilibrer à partir de 2020.

Au cours du premier semestre 2015, Ingenico a réalisé un chiffre d’affaires de plus d’un milliard d’euros (+50%), « intégrant un effet de change positif de 68 millions d’euros et la contribution de 196 millions d’euros de GlobalCollect sur le semestre ».

Par segment d’activité, le groupe a enregistré un CA de 725 millions d’euros pour l’activité des Terminaux de paiement et 333 millions d’euros pour celle des Services de paiement.

Au cours du deuxième trimestre, la division Ingenico Payment Services a signé une collaboration avec Google : un programme pilote, initié dans un premier temps en Belgique, porte sur la manière dee « faciliter les ventes en ligne des marchands à l’international ».

Signalons également l’arrivée de Bpifrance en tant qu’actionnaire. La banque publique d’investissement a acquis 5,5% du capital d’Ingenico Group auprès de Morpho, filiale à 100% de Safran.

(Crédit photo : Ingenico)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur