Eric Besson fustige « un absolutisme » de la neutralité du Net

Mobilité

Lors des rencontres parlementaires sur l’Economie numérique, Eric Besson a milité pour une régulation partielle des réseaux et la mise à contribution financière des fournisseurs de services Internet.

La neutralité du Net échauffe les esprits depuis plusieurs mois en France, notamment depuis la parution du rapport gouvernemental sur la neutralité des réseaux, dévoilé l’été dernier.

Lors des deuxièmes rencontres parlementaires sur l’Economique numérique, organisées ce 8 février, Eric Besson a livré sa propre vision, et peut-être celle donc du gouvernement, sur ce à quoi devrait ressembler la neutralité du Net à la sauce française.

Le ministre chargé de l’Industrie, de l’Energie et de l’Economie numérique a souligné qu’une stricte neutralité de l’Internet n’était pas possible, et qu’elle risquait d’entraîner, à coup sûr, une congestion des réseaux, ce qui marquerait la fin de l’accès à certains contenus et services, comme la téléphonie et TV sur IP.

« Les associations représentant les camionneurs, c’est-à-dire ceux qui occupent une place dominante et sans cesse croissante des autoroutes, prônent une neutralité totale vis-à-vis du trafic. Mais en cas de saturation, ce seront l’ensemble des utilisateurs qui ne pourront plus avancer, y compris les particuliers utilisant leurs voitures, y compris les ambulances nécessitant un trafic accéléré. Un absolutisme de la neutralité nuirait ainsi au développement des services et se retournerait contre l’objectif qu’il entend poursuivre », a-t-il expliqué.

Une régulation partielle des réseaux inévitable

Il milite ainsi en faveur d’une régulation partielle technique des réseaux effectuée par les opérateurs afin « de garantir une qualité de service minimale pour des services prioritaires, comme la téléphonie sur IP ou la télévision sur IP. Le développement exponentiel de ces nouveaux services ne serait pas possible sans cette garantie minimale de qualité. »

Soucieux de ne pas se mettre à dos les éditeurs de contenus et les internautes, Eric Besson a toutefois précisé, dans son intervention, que la neutralité du Net implique de préserver le droit à l’information et à la communication, ainsi que la liberté de création et d’innovation.

(lire la suite de l’article en page 2)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur