Eric Schmidt reconnaît que Google a loupé le virage des réseaux sociaux

Mobilité

L’ex-P-DG de Google a avoué que le groupe Internet n’avait pas su prendre à temps le virage -stratégique – du “Web social”, laissant ainsi le champ libre à Facebook.

«J’ai foiré», a déclaré Eric Schmidt, désormais président exécutif et ex P-DG de Google. Lors de la conférence D9 organisé par All Things Digital hier en Californie, il a tenu à reconnaître sa responsabilité dans l’incapacité de la firme de Mountain View à prendre le virage «social» du Web, note Silicon.fr.

«Facebook a fait un nombre de choses que j’admire», a-t-il ajouté. Il est vrai que malgré les nombreux projets, Google Buzz ou plus récemment Google + 1, la firme de Mountain View n’a pour l’instant jamais réussi à s’imposer tandis que le cap des 700 millions d’inscrits s’apprête à être franchi pour le réseau social de Mark Zuckerberg.

Puis de conclure: « Je savais parfaitement que je devais faire quelque chose et j’ai échoué. »

Eric Schmidt a par ailleurs évoqué la tentative infructueuse de rapprochement avec Facebook. Microsoft a en effet joué les trouble-fêtes en 2007 en acquérant 1,6% des parts du célèbre site communautaire. Et depuis, les deux groupes ont conclu plusieurs partenariats. Un échec que le président exécutif de Google n’a semble-t-il pas digéré.

En effet, face aux deux journalistes qui l’interrogeaient, il a ensuite évoqué l’existence d’un «gang des quatre» , composé de Google, Amazon, Facebook et Apple, dominant le secteur IT.

«Nous n’avons jamais eu quatre entreprises en croissance à l’échelle de ces quatre-là», a-t-il dit. Si Twitter et PayPal pourraient intégrer ce « gang » selon lui, les vétérans IBM et Microsoft n’en ont plus la capacité. La firme de Redmond ne menant plus la «révolution consumériste».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur